Bonne nouvelle pour l’ancien directeur général de l’Essec. Non seulement il reste rue de Grenelle, mais il élargit son portefeuille ministériel. Ce lundi, Jean-Michel Blanquer a été nommé ministre de l’Education nationale, de la Jeunesse et des Sports dans le nouveau gouvernement de Jean Castex.

Après l’adjonction de la Jeunesse, le 16 octobre 2018, celui des Sports s’ajoute en effet à sa tutelle à compter du 6 juillet 2020. Roxana Maracineanu, qui était seule à la tête du ministère des Sports, perd ainsi de l’importance dans ce gouvernement remanié, puisqu’elle devient ministre déléguée des Sports, sous l’autorité de Jean-Michel Blanquer. Une promotion donc pour celui qui reste un ministre populaire, malgré sa gestion contestée de l’Education nationale lors de la crise sanitaire.

44 % des Français voulaient le voir reconduit

Jean-Michel Blanquer (Photo : @actoulouse)

Selon un sondage de l’Ifop, publié ce dimanche pour le JDD, 44 % des Français voulaient voir Jean-Michel Blanquer poursuivre dans le rôle de ministre de l’Education nationale. Toutefois, chez les 25-34 ans et les 35-49 ans sa popularité est plus faible : seulement 38% espéraient le voir reconduit.

Depuis son arrivée au ministère de l’Education nationale, ce juriste de formation a mis en application certaines mesures fortes telles que le dédoublement des classes de CP et CE1 en éducation prioritaire, l’école obligatoire dès 3 ans, l’interdiction du portable au collège, la semaine de quatre jours, etc.

Le locataire de la rue de Grenelle, déjà en poste depuis trois ans, pourrait donc y rester jusqu’à la fin du quinquennat. Ce qui serait un record. Mais il devra encore assurer la mise en place de ses nombreuses réformes et chercher à réparer les inégalités scolaires durcies pendant le confinement.