Shutterstock

Dans l’étude « Regards sur l’éducation : les indicateurs de l’OCDE », publiée ce mardi 10 septembre, si la France est mal positionnée par rapport aux autres pays pour ce qui est du salaire des enseignants du premier degré, elle est au contraire très performante pour ses formations à bac + 2.

En effet, « le pourcentage de réussite y atteint 61 %, soit 16 points de plus que celui de la moyenne des pays ayant participé à l’enquête (45 %). Et 20 points de plus que le taux de réussite en licence (41 %) » relève Les Echos.

De plus, le taux d’insertion professionnelle après l’obtention du diplôme est excellente, puisqu’elle est de l’ordre de 85% , note ainsi France Inter.

Un taux de réussite problématique

L’étude « Regards sur l’éducation : les indicateurs de l’OCDE » pointe cependant une difficulté : « Le taux de réussite des étudiants inscrits en cycle court, issus d’études secondaires professionnelles, est de 40 % alors qu’il est de 66 % pour les étudiants ayant suivi une filière générale. »

Cette difficulté avait déjà été pointée du doigt il y a près d’un an par Frédérique Vidal : « Les BTS et les IUT sont très largement demandés par des bacheliers généraux, ce qui crée un effet d’éviction des bacheliers technologiques et professionnels » notait ainsi la ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche.

De nouvelles formations courtes bac + 3, plus adaptées aux profils des bacheliers technologiques et professionnels, devaient être présentées en cette rentrée, en lien avec les IUT. Pour le moment, rien n’est encore à l’ordre du jour.