Seuls 7 % des étudiants en doctorat sont issus de milieux défavorisés

L’Observatoire des inégalités a publié la semaine dernière l’édition 2019 de son Rapport sur les inégalités en France.

amphi université

© Monkey Business – Fotolia.com

Si les inégalités d’éducation démarrent dès les petites classes, les écarts entre les élèves issus de milieux défavorisés et les autres ne font que se creuser au fur et à mesure de la progression dans les études. C’est ce que montrent les chiffres du Rapport sur les inégalités en France, publié le 4 juin dernier par l’Observatoire des inégalités.

Des inégalités de la primaire au supérieur

Déjà en CE2, le rapport pointe une différence notable dans les résultats scolaires, puisque les élèves les plus favorisés obtiennent une moyenne de 87 sur 100 en français et 85 en maths, contre 57 et 58 pour les élèves issus de classes défavorisées.

Au collège, les élèves issus de milieux favorisés sont 84,8 % à passer en seconde générale, tandis qu’ils ne sont que 42,4 % d’élèves défavorisés à y accéder. Enfin, dans l’enseignement supérieur, l’inégalité est encore plus frappante puisque les enfants d’ouvriers ne représentent que 12 % des étudiants de licence, 9 % des étudiants de master et 7% en doctorat.

Trois quarts des élèves défavorisés n’étudient pas en éducation prioritaire

Dans l’AEF, l’Observatoire des inégalités estimait la semaine dernière que, pour réduire ces inégalités, il fallait « agir bien au-delà » des dispositifs d’éducation prioritaire. En effet, « près des trois quarts des 3,2 millions d’élèves issus de milieux défavorisés en France étudient dans des établissements qui ne sont pas intégrés aux réseaux dits ‘prioritaires’ de l’éducation, selon les données 2014-2015 du tableau de bord national publié par le ministère de l’Éducation nationale », indiquait-il.

Anne Brunner, co-directrice du rapport, soulignait ainsi que « le dédoublement des classes est bien sûr une bonne mesure, mais pour que cela ait un effet sur les élèves issus de milieux défavorisés, il ne faut pas la limiter aux établissements de l’éducation prioritaire« , comme cela est actuellement le cas.

Partagez l'article

1 commentaire sur "Seuls 7 % des étudiants en doctorat sont issus de milieux défavorisés"

  1. OSWALD  29 juin 2019 à 9 h 14 min

    C’est normal. Quand on est issu d’un milieu défavorisé, on cherche à s’en sortir le mieux et le plus vite possible. Il vaut mieux faire une école d’ingénieurs ou un BTS pour trouver du travail payé correctement au vu des qualifications.
    Le doctorat n’apporte pas vraiment de débouchés clairs. Il n’est pas fait pour être très actif professionnellement car c’est une formation hyper longue, hyper spécialisée, hyper théorique alors que le monde du travail cherche des gens opérationnels tout de suite…Signaler un abus

    Répondre

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.