Des températures qui descendent parfois sous les 10 degrés, des salles de classes plongées dans le noir : c’est la réalité que décrivent de nombreux élèves et personnels d’éducation depuis quelques semaines.

Le 12 décembre 2022, RMC dévoilait des images alarmantes d’un lycée d’Aulnay-sous-Bois, privé de chauffage et d’électricité – le tout dans un contexte d’insalubrité générale. On y voit des élèves travaillant à la lumière de leurs smartphones, doudounes et écharpes sur les épaules. Le ministre de l’Education Nationale Pap Ndiaye et la présidente de la région Ile-de-France Valérie Pécresse se sont depuis rendus sur les lieux et ont promis des travaux de rénovation.

A Limeil-Brévannes (Val-de-Marne) fin novembre, les thermomètres affichaient 10 à 12 degrés en maternelle et primaire. Partout en France, les établissements recommandent aux parents d’habiller chaudement leurs enfants. « En arrivant avec ma fille un matin de cette semaine, l’enseignant m’a prévenue qu’il faisait 12°C » témoigne une mère de famille pour FranceInfo.

Plusieurs établissements ont même été contraints de fermer leurs portes temporairement. En Seine-et-Marne, le lycée Jean-Moulin à Torcy a dû fermer et reporter son bac blanc suite à une panne d’électricité ; une situation que déplorent plusieurs syndicats dans un communiqué. Cette panne serait la conséquence de travaux menés dans le lycée, qui essuie depuis plusieurs mois de nombreuses défaillances dont des pannes de chauffage et des coupures internet. Une école du Maine-et-Loire a également fermé les 12 et 13 décembre 2022 suite à un défaut de chauffage. A Avignon, le rectorat avait prévu de fermer toute une section Segpa pour économiser le chauffage, mais a fait machine arrière devant l’indignation des parents d’élèves.

Crise énergétique et insalubrité

A l’origine de ce constat, l’augmentation des prix de l’énergie qui pousse les communes, départements et régions à faire des économies. Dès le mois d’octobre, le gouvernement avait annoncé la couleur avec le « plan de sobriété énergétique » et plusieurs communes avaient prévu de réduire le chauffage dans leurs écoles. Début décembre, Pap Ndiaye avait confirmé que des coupures d’électricité pourraient avoir lieu dans certains établissements.

Mais ces évènements relancent un autre débat, celui de l’état d’insalubrité de nombreux établissements scolaires. Le cas du lycée Voillaume à Aulnay-sous-Bois, qui a fait polémique, a notamment attiré l’attention sur la responsabilité de la région Ile-de-France.

Image homepage : capture d’écran RMC