Jean-Michel Blanquer veut renouer avec « l’énergie française pour tous »

Le ministre de l'Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, était l'invité politique de Jean-Pierre Elkabbach ce matin sur Cnews. Compte-rendu de son interview.

Interrogé ce matin sur la chaîne Cnews, le ministre de l’Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, s’est exprimé sur la « colère » des Français. Alors que l’allocution d’Emmanuel Macron ce lundi soir est très attendue, le ministre défendait la politique du Président.

A la manœuvre depuis 18 mois, Jean-Michel Blanquer tente d’éteindre les braises autour des gilets jaunes. S’il déclarait comprendre la crispation de certains Français vis-à-vis d’un président  qui « cristallise de nombreuses tensions », Jean-Michel Blanquer a voulu apaiser la situation. Il souhaite qu’Emmanuel Macron apporte des réponses qui serviront à « aider les plus faibles ».

Par ailleurs, Jean-Michel Blanquer souhaite que le président s’adresse à « tous les territoires de France » et plaide pour un nouveau contrat social et politique. Si le gouvernement doit faire un « mea culpa sur l’injustice sociale territoriale », Jean-Michel Blanquer déclare vouloir renouer avec « l’énergie française pour tous » en donnant des pistes pour « gagner ensemble » . Selon lui, la France doit se doter « d’une économie conforme aux évolutions du XXIème siècle et qui bénéficie à tous », il évoque pour cela des aides aux plus faibles liées à « la baisse plus forte des cotisations sociales ». Globalement, les propositions du ministre doivent s’accompagner d’un nouveau pacte social.

Des explications face à la grogne des étudiants

Egalement interrogé sur les manifestations des étudiants, Jean-Michel Blanquer s’est exprimé sur « la rébellion lycéenne« . Il a rappelé que la réforme « présentée en février dernier a été faite autour de consensus et a été bien reçue par la plupart des milieux concernés. » D’après lui, « 40 000 lycéens avaient été consultés » ce n’est donc pas une réforme préparée « sur un coin de bureau » mais qui a nécessité des mois de travail. Même s’il juge « normal que les lycéens se posent des questions », Jean-Michel Blanquer a rappelé les grandes lignes de la réforme du lycée et du baccalauréat à la carte qui permettent selon lui, un parcours « beaucoup plus personnalisé et plus enthousiasmant pour chaque lycéen ».

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.