Getty

En 10 ans, la qualité du climat scolaire s’est dégradée, selon une enquête de l’Autonome de Solidarité laïque, menée par les professeurs Éric Debarbieux et Benjamin Moignard et soutenue par la Casden Banque populaire. Après une première enquête sur le sujet menée en 2013, Éric Debarbieux et Benjamin Moignard ont renouvelé la démarche pour « mesurer les transformations vécues par les personnels et l’évolution de leur perception en 10 ans ».

Un climat scolaire dégradé, mais une relation avec les élèves stable

Selon cette nouvelle enquête, effectuée en ligne entre mai et juillet 2022 auprès de 8 851 personnels du second degré, le climat scolaire s’est dégradé entre 2013 et 2022. 50,7 % des répondants en sont insatisfaits en 2022, contre 37,8 en 2013. Mais, souligne l’enquête, la qualité de la relation avec les élèves est toujours bonne : 80,1 % des répondants en sont satisfaits (78,2 % en 2013).

En revanche, la relation entre les adultes s’est dégradée. 78 % des répondants estiment ne pas être respectés par la haute hiérarchie du ministère. D’ailleurs, les récentes réformes ne suscitent que très peu d’adhésion chez les enseignants : moins de 7 % approuvent les réformes du collège et du lycée.

La qualité des relations au sein des équipes pédagogiques semble également s’être effondrée. 48 % des répondants jugent que la relation enseignants/direction est mauvaise (34 % en 2013), et 40,5% que l’équipe pédagogique est pas ou peu solidaire dans leur établissement.

Une hausse des victimations entre personnels

D’ailleurs, l’enquête relève une hausse des victimations entre personnels. 19,9 % des répondants estiment avoir été harcelés en 2022, contre 10,8 % en 2013. Lorsqu’il s’agit des enseignants, le harcèlement serait effectué par la direction dans 43 % des cas, et pour les personnels de direction, il serait réalisé par d’autres personnels dans 36 % des cas.

Plus globalement, l’enquête met en avant un découragement des personnels : 55 % des répondants déclarent être insatifaits de leur métier, contre 31 % en 2013. Un « effondrement » selon les auteurs de l’enquête.