Getty

Depuis vendredi 2 avril au soir, les établissements scolaires – de la maternelle au lycée – ont fermé, et les vacances commenceront le 12 avril sur tout le territoire ; c’est donc via leurs ordinateurs qu’élèves et professeurs doivent désormais travailler. Ce matin pourtant, ils se sont heurtés à des pannes informatiques sur les plateformes d’enseignement de l’Education Nationale.

La difficile continuité pédagogique

Il y a un an, l’école à la maison avait connu pendant plusieurs jours des difficultés de fonctionnement, à cause notamment de la saturation des réseaux.

Même scénario cette année : les plateformes du CNED, comme « Ma classe à la maison » ne fonctionnaient pas dans la matinée. Les espaces numériques de travail (ENT) sont également très ralentis dans plusieurs régions, notamment en Ile-de-France, Hauts-de-France et Occitanie.

Ces pannes pourraient en grande partie être dues à l’affluence des connexions sur les plateformes d’enseignement numérique.

En déplacement dans une école, Jean-Michel Blanquer a évoqué une cyber-attaque venue de l’étranger ainsi que l’incendie récent survenu chez OVHcloud pour expliquer ces dysfonctionnements. Le patron d’OVH a depuis démenti cette dernière information dans un tweet.

Ce mardi vers midi, le ministre de l’Education a assuré sur France Bleu que la situation était « en voie de rétablissement. »

Sur Twitter, les réactions de la part de familles et d’enseignants ne se sont pas fait attendre. La théorie de la cyber-attaque est notamment contestée, avec le hashtag #BlanquerMent.