Le retour progressif du présentiel

Le 21 janvier, Emmanuel Macron donnait l’autorisation aux universités d’accueillir leurs étudiants – notamment ceux de première année – selon une jauge de 20% des capacités et un jour par semaine. Depuis, la reprise du présentiel dans l’enseignement supérieur s’organise progressivement. La limite d’un jour par semaine n’est plus d’actualité et tous les étudiants – quelle que soit leur année – sont concernés.

Invitée sur le plateau de RTL Matin ce lundi 22 février, Frédérique Vidal a annoncé la reprise en présentiel dans « tous les établissements. »

« Plus de 75% ont mis en place les nouveaux emplois du temps […] D’ici la fin du mois, tout le monde aura repris, dans toutes les universités mais, j’y tiens aussi, dans toutes les disciplines »

Elle a également indiqué que si 60% des étudiants qui le pouvaient revenaient effectivement sur place, 40% décidaient de rester à distance « pour plusieurs raisons » dont la peur de contaminer un proche, des problèmes de transports ou une préférence personnelle.

Une reprise sous contraintes

Si la ministre de l’Enseignement supérieur se montre optimiste, la reprise en présentiel est en réalité soumise à plusieurs contraintes : les établissement doivent respecter une jauge de 20 % de la capacité d’accueil totale et un remplissage de 50% de chaque salle.

Le retour sur les bancs des universités dépend également des modalités des différents établissements et disciplines : en libérant des salles ou en enseignement hybride, chaque formation doit faire selon ses possibilités. Selon un communiqué de la CPU, 60% des étudiants auraient été accueillis au moins une fois depuis le 8 février.

Image homepage : capture d’écran Twitter