Vacances d’été : une coupure indispensable !

C’est parti pour 8 semaines de vacances d’été. Pour certains parents, enseignants, CPE et élèves, cette longue pause est plus que nécessaire pour récupérer. Témoignages.

vacances scolaires

© alain wacquier – Fotolia

Il est bon que les enfants puissent tout simplement s’ennuyer

Éric, professeur des écoles dans l’académie de Créteil :

« D’un point de vue uniquement des profs, il est clair que ces vacances sont salvatrices et synonymes de récupération largement nécessaire. Maintenant, il est vrai que du point de vue de l’élève, elles sont peut-être un peu longues. Mais rappelons-nous qu’elles étaient encore plus longues il y a 20 ans. Dans notre société de la satisfaction immédiate, il est bon je pense que les enfants puissent tout simplement s’ennuyer, se poser, avoir des temps longs de pause et ainsi sortir de ce temps ultra rapide de l’année scolaire. Enseigner avec des vacances diminuées pourrait de plus décourager les futurs enseignants potentiels à passer les concours d’un métier qui serait encore moins attrayant. »

C’est l’occasion de se détendre car les nerfs sont mis à rude épreuve toute l’année

Anne-Marie, enseignante de lettres classiques en lycée dans l’académie d’Aix- Marseille :

« Les vacances d’été, à l’origine, permettaient aux enfants d’agriculteurs d’aider leurs parents aux champs et aux petits citadins de jouir des bienfaits de la campagne ou de la montagne, voire de la mer. Aujourd’hui, ces vacances de trois mois et demi se sont réduites à un mois et demi, dans le meilleur des cas pour les professeurs, à un peu plus pour les élèves de collège et du primaire. Elles sont indispensables : travailler dans des classes de trente ou trente-cinq élèves quand il fait très chaud est difficile, surtout pour les élèves, d’autant que les bâtiments scolaires ne sont ni prévus ni équipés pour cela. En outre, pour apprendre, il faut se reposer et il faut donner du temps aux cerveaux pour assimiler tout ce qui a été appris dans l’année, de même que pour enseigner il faut pouvoir se cultiver en lisant, en voyageant, en prenant du temps pour toutes sortes d’activités qui nourrissent la pensée. Il faut aussi se détendre car les nerfs sont mis à rude épreuve tout au long de l’année scolaire. Finalement, les vacances, comme leur nom l’indique, sont l’occasion de faire du vide, de s’adonner à ce qui est essentiel à l’esprit et au corps humains : prendre le temps de rêver, de regarder et d’écouter… Et tout cela est très difficile dans notre société et dans l’école d’aujourd’hui où la performance et les résultats priment sur le plaisir et la culture. »

Un des moments les plus agréables de l’année

Thomas, élève en 4e dans l’académie de Créteil :

« Vive les vacances !! C’est un des moments les plus agréables de l’année. Plus de devoirs, de cours ni de contrôles. 8 semaines, c’est parfait. Cette pause est plus qu’indispensable pour démarrer correctement une nouvelle année ».

Les vacances restent indispensables pour prendre du recul et améliorer son travail

Laura, conseillère principale d’éducation en collège dans l’académie de Versailles :

« Le métier de professeur, CPE, AED, chef d’établissement, est très dur à différents niveaux. Nous n’avons pas tous les mêmes responsabilités et les élèves sont épuisants… On nous demande toujours plus pour des salaires qui n’augmentent pas. Les vacances sont toujours les bienvenues. Après, il serait peut-être intéressant de réfléchir à une meilleure répartition du travail scolaire. Pourquoi ne pas envisager de réduire les vacances d’été et offrir aux élèves des semaines moins condensées ? Une vraie réflexion est nécessaire. Dans tous les cas, les vacances restent indispensables pour réfléchir, prendre du recul, améliorer son travail et surtout, se ressourcer ».

C’est l’occasion de profiter de ses enfants !

Sarah, mère de deux enfants dans l’académie de Créteil :

« Comment ne pas aimer les vacances ? C’est l’occasion de profiter de ses enfants et d’organiser tout un tas d’activités telles que des balades en forêt, des sorties à la piscine ou au cinéma, etc. Pour ma part, je ne les embête pas avec les cahiers de vacances ou les révisions. C’est 8 semaines de coupure totale ! Je préfère privilégier les sorties à l’extérieur. C’est beaucoup plus profitable pour leur développement et leur ouverture d’esprit. Les enfants ont besoin de souffler et de se détendre avant de reprendre une nouvelle année. Chaque été, nous partons en général 2 à 3 semaines en vacances. Cette année, c’est direction Antibes et ses belles plages. Rien de mieux pour évacuer tout le stress de l’année et se ressourcer. »

Les grandes vacances sont nécessaires à l’évolution des élèves

Nathalie, enseignante d’espagnol en lycée dans l’académie d’Amiens :

« Je ne pense pas que la durée des vacances d’été soit à remettre en question. C’est une institution qui existe dans tous les pays sans que cela pose problème. Les grandes vacances sont nécessaires à l’évolution des élèves. En effet, c’est le moment de l’année où ils vont pouvoir se reposer totalement et développer d’autres compétences et d’autres apprentissages dans un cadre non scolaire. A l’inverse, je m’interroge sur le système actuel des petites vacances que j’estime trop longues et trop fréquentes. Si les écoliers français sont les écoliers européens qui passent le moins de jours à l’école à cause des petites vacances, ils ont de très longues journées qui sont encore allongées par les activités parascolaires. Ils sont donc surchargés intellectuellement mais aussi en matière d’activités. On pourrait imaginer qu’il y ait moins de petites vacances et qu’en échange les journées d’école soient moins longues. L’écolier aurait plus de temps pour ses activités et serait plus réceptif en cours. »

Les élèves n’oublient pas en 8 semaines ce qu’ils ont appris durant l’année

Isabelle, professeure des écoles en REP + dans l’académie de Nantes :

« Voici quelques avantages en faveur de « deux » mois de vacances d’été (en réalité ce ne sont plus 2 mois puisqu’elles ont commencé le 7 juillet et se terminent le 30 août pour les enseignants) :

  • Une réelle coupure pour les enseignants : le métier est complexe, difficile. Ceux qui envient nos vacances peuvent passer le concours et devenir enseignant (on en manque) !
  • Personnellement, je pars un mois en vacances puis je fais des formations (hors Education Nationale, formations que je paie) et je suis fin août dans l’école (bien avant la pré-rentrée) pour préparer la classe. Sans ces sept semaines et demi de vacances, il n’est pas sûr que je ferais régulièrement des formations.
  • Tordons le coup à un mythe : les élèves n’oublient pas en 8 semaines ce qu’ils ont appris durant l’année. Après une semaine de mise en route, les élèves retrouvent vite leur mémoire. »

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.

Recherche dans les archives

Vous