Vacances d’été : elles sont trop longues !

Pour certains profs, parents et enfants, deux mois de vacances d'été constituent une coupure trop longue, d'où la nécessité de les réduire.

Je dois m’arranger pour faire garder mes enfants…

vacances

Sarah, mère de deux enfants dans l’académie de Versailles :

« Je pense que les grandes vacances d’été sont trop longues. Au bout d’un moment, mes enfants tournent en rond et s’ennuient… Deux mois de vacances, c’est énorme ! D’autant que je dois m’arranger pour les faire garder lorsque je ne suis pas moi-même en congés. Ça leur arrive d’aller au centre aéré toute la journée ou chez de la famille. La solution serait peut-être de raccourcir les vacances d’été : une coupure de deux à trois semaines serait idéale pour qu’ils puissent se reposer et changer d’air. A l’inverse, pour compenser cette diminution des vacances, il faudrait peut-être envisager des semaines moins chargées durant l’année scolaire… »

Il est difficile de retrouver le bon rythme en septembre

Renaud, enseignant de mathématiques en collège dans l’académie de Clermont-Ferrand :

« Avec désormais 8 semaines de vacances d’été, qui sont souvent près de 10 à 12 semaines selon qu’un élève soit collégien ou lycéen hors classes examens, il est difficile de reprendre et de retrouver le bon rythme en septembre. Souvent, lors de la rentrée, les élèves mettent au moins 10 à 15 jours, pour se remettre dans le bain de l’école. Ainsi, les notions acquises lors de l’année précédente sont redevenues floues pour les élèves, car ils n’ont pas eu la possibilité de réviser pendant les vacances. Beaucoup d’élèves n’ont pas la chance d’avoir un entourage familial qui puisse leur permettre de travailler à la maison. Pendant l’année, beaucoup de collégiens de REP/REP+ préfèrent d’ailleurs rester dans l’établissement pour faire leurs devoirs. Les vacances estivales sont donc très longues pour les élèves de quartiers urbains et défavorisés, qui partent rarement en vacances et n’ont pas la chance d’être aidés à la maison. En revanche, pour des enfants de catégories sociales privilégiées, les vacances d’été n’ont pas de réel impact. D’ailleurs, ces élèves ont souvent des cours particuliers ou leurs parents les suivent régulièrement pour les révisions. »

Puisque la coupure est trop longue, on la savoure moins !

Mélanie, élève en 5e dans l’académie de Créteil :

« J’aime les vacances d’été mais j’apprécie aussi beaucoup l’école ! Même si certains cours ne me plaisent pas ou que l’on a régulièrement des devoirs à faire, c’est l’endroit où je retrouve mes amis et je m’y sens bien ! J’ai toujours hâte d’être à la rentrée pour découvrir mon emploi du temps, ma nouvelle classe et mes nouveaux profs. Du coup, une semaine avant la reprise des cours, je commence à m’impatienter…  C’est sûr les élèves ont besoin de vacances et de se détendre mais si cette pause est trop longue, on la savoure un peu moins et on prend moins de plaisir. La raccourcir d’une à deux semaines serait parfait ! »

Nous sommes l’un des rares pays à avoir autant de vacances !

Aurélie, mère de trois enfants dans l’académie de Créteil :

« Qui dit temps de vacances pour eux, dit temps de fatigue pour nous ! Mes enfants n’aiment pas rester à ne rien faire. Je dois constamment trouver des activités pour les occuper. Ça demande beaucoup d’énergie et d’imagination. Néanmoins, j’ai la chance de pouvoir me consacrer pleinement à eux. Huit semaines de vacances, c’est donc huit semaines à leurs côtés mais au bout d’un moment je commence à être à court d’idées. Du coup, ils s’ennuient, regardent la télé ou tournent en rond dans la maison… Je ne pense pas que ce soit très positif pour eux.
Pour ma part, je suis favorable à des vacances scolaires d’été moins longues. Nous sommes l’un des rares pays à avoir autant de vacances durant l’été. Cinq semaines serait un bon compromis. Les enfants auraient le temps de se reposer, de faire des activités, de partir en vacances sans jamais s’ennuyer. »

Si les vacances d’été sont raccourcies, on pourrait alléger les journées de classe

Isabelle, professeure des écoles en REP + dans l’académie de Nantes :

« La question revient chaque année. Le ministre Peillon avait déclaré en 2015 : « six semaines de vacances, c’est suffisant. »  Et … ce n’était pas une idée nouvelle. De quel point de vue se placer pour modifier les vacances ? Les réponses seront différentes pour un élève, un parent, un professeur, un politique, un professionnel du tourisme, etc. En tant que professeure des écoles, voici plusieurs avantages si on envisage de raccourcir les vacances d’été :
– On pourrait imaginer des journées de classe vraiment allégées. Les enfants seraient plus réceptifs en classe, moins fatigués en fin de période.
– Cela permettrait de rallonger les vacances de Noël. Les animaux hibernent l’hiver. Cette saison est difficile pour les enfants (maladie). Après deux réveillons, ils retournent fatigués à l’école.
– Le mois de mai avec les ponts perturbe le rythme de l’enfant. On pourrait imaginer une semaine de vacances à ce moment-là.

Pour info, depuis une semaine, j’ai 4 absents dans la classe (dont 3 officiellement en vacances), ma collègue a, elle, 10 absents. Qu’en penser ? »

Certains n’ont pas les moyens de financer les vacances de leurs enfants

Audrey, enseignante de français en collège dans l’académie de Nantes :

« Je suis tout à fait d’accord pour que les vacances d’été soient plus courtes. Personne ne part bronzer 8 semaines en bord de mer !  Durant cette coupure, il y a trop d’enfants laissés livrés à eux- mêmes, beaucoup de parents, seuls, ou démunis, qui ne peuvent pas tout assumer. Certains n’ont que 5 semaines de vacances par an et n’ont pas les moyens de financer des vacances à leurs enfants… Donc ils tournent en rond et finissent par regretter l’école.

Les enfants finissent par s’ennuyer

Maxime, enseignant de mathématiques en collège dans l’académie de Rouen :

« Deux mois, c’est beaucoup trop long !  Les vacances devraient être mieux réparties durant l’année scolaire. Notamment durant la période hivernale. Néanmoins, je pense qu’il va être difficile de réformer les vacances d’été : les lobbies touristiques s’y opposeraient vivement ! De plus, durant cette longue coupure, les enfants finissent par s’ennuyer… Et quand les parents ne sont pas disponibles ou travaillent, cela devient encore plus compliqué ! Une solution doit être trouvée. »

6 commentaires sur "Vacances d’été : elles sont trop longues !"

  1. DELACOU  6 juillet 2018 à 15 h 49 min

    Oui d’accord, les enfants s’ennuient, les parents qui travaillent on du mal à trouver des modes de garde… mais les enseignants, dont je suis ont besoin de ce temps… Jusqu’au 14 juillet boucler la fin d’année, le tri, mettre en place les projets, remplir des dossiers et à partir du 15 août préparer les cours, finaliser les dossiers, peaufiner les projets… La longue rupture permet de partir sur d’autres projets, un renouveau et des formations 😉
    Alors à chacun sont point de vue…Signaler un abus

    Répondre
  2. CREVOT François  6 juillet 2018 à 18 h 10 min

    Le titre de l’article pose problème dans la mesure ou l’article donne un tout petit nombre de sentiments personnels. Il n’y a aucune étude citée permettant d’affirmer que les vacances sont trop longues. Par ailleurs que dire pour les élèves passant des examens (bac) et les les professeurs les corrigeant. Il faut se méfier des fausses bonnes solutions en cette période ou le gouvernement massacre les droits sociaux des travailleurs (entre autre). Par contre on doit s’interroger sur l’énorme manque de structures d’accueil des enfants des classes populaires et moyennes durant les vacances à un tarif abordable.Signaler un abus

    Répondre
  3. BOSSEZ  6 juillet 2018 à 19 h 03 min

    Le problème me semble bien plus complexe.

    Effectivement 6 semaines de vacances suffiraient mais …

    Je suis enseignant dans le secondaire et je constate la disparition de nombreux élèves au moins 15 jours avant la fin de l’année scolaire. Le problème de la garde des enfants ne se pose donc pas réellement au collège ou au lycée. En revanche il se pose grandement en primaire. D’abord parce que les centres aérés fonctionnent la plupart du temps seulement durant un mois.
    Une question qui se pose est donc : que faire des enfants les semaines restantes ?
    Et non pas : mettons davantage nos enfants en classe, ça les occupera.

    On peut réfléchir à les occuper d’une autre façon. Car n’oublions pas que les vacances d’été jouent aussi un autre rôle : celui de détacher le rythme de l’enfant du rythme scolaire et cela lui fait un grand bien. L’enfance ce ne doit pas être seulement la scolarité : cet aspect est souvent écarté des réflexions.

    Je lis plus haut un professeur affirmer que les familles font donner des cours particuliers ou font travailler leurs enfants pour « réviser » : les études récentes sur le sujet des « révisions d’été » concluent toutes à leur inutilité totale qui n’ont aucun impact sur la scolarité des enfants. C’est dans le travail de l’année que les inégalités se sont creusées, c’est à ce moment que les moins dotés (culturellement ou/et financièrement) devraient pouvoir bénéficier d’un plus grand accompagnement. Le reste n’est qu’emplâtre sur jambe de bois, qui fait les choux gras des éditeurs de cahier de vacances et des instituts de cours particuliers.

    Ensuite pour que les familles puissent bénéficier de vacances partagées (parents et enfants ensemble en vacances) c’est la société du travail qui gagnerait à s’adapter : obligation faite aux employeurs de permettre aux salariés de bénéficier de 2 semaines de vacances l’été (cela ferait du travail pour les étudiants).

    L’École peut évoluer, mais elle ne doit pas le faire seule. La société doit aussi se pencher davantage sur le bien être de sa jeunesse, le maintien des valeurs familiales. Et l’École ne doit pas être la seule variable d’ajustement des choix économiques faits.Signaler un abus

    Répondre
  4. florence landry  6 juillet 2018 à 19 h 07 min

    D’abord, petite précision, les élèves de primaire et maternelle n’ont pas 2 mois de vacances mais 7 semaines. Il ne faut ^pas croire que tous les élèves s’arrêtent mi juin (les plus jeunes ont la période la plus longue). Enseignante en primaire avec des CM, j’ai 25% de mes élèves absents cette dernière semaine, ils sont en vacances. C’est pas l’éducation nationale qui rallonge les vacances mais bien les familles. Avec 10 semaines, voire 11, d’école consécutives, les enfants sont épuisés (même les CM, alors je ne vous parle pas des maternelles!), ils restent assis aux récréations pour se reposer…Signaler un abus

    Répondre
  5. Nicolote  6 juillet 2018 à 22 h 18 min

    C’est curieux comme tous les témoignages vont dans le sens de réduire les vacances d’été ! Pas un seul commentaire contre … Quelle unanimité ! Quant aux grands penseurs, essentiellement parisiens, confortablement installés dans des bureaux climatisés, je propose qu’ils viennent vivre dans les classes alors qu’il y fait largement plus de 30° et qu’aucun courant d’air (ni climatiseur) n’apporte un peu d’air frais ! Toute la moitié sud de la France peut en attester : les enfants sont cuits au sens propre comme au sens figuré ! Mais qu’importe : si on pouvait laisser la garderie gratuite la plus longtemps ouverte …Signaler un abus

    Répondre

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.

Recherche dans les archives

Vous