L’Actu

Chronique d’un instituteur de maternelle en l’an 2020

Chronique d’un instituteur de maternelle en l’an 2020

Cette année, pour mes 62 ans, mes 42 petits élèves se sont cotisés pour m’offrir une canne. Cela m’a fait bien plaisir car je commence à avoir du mal à les suivre quand on fait des rondes.

Je leur ai, exceptionnellement, fait un bisou pour les remercier. Une circulaire ministérielle nous l’interdit pour éviter les accusations de pédophilie ( en plus cela soulage mon dos)

Vous avez bien lu : 42 élèves. Eh oui ! Depuis quelques années les départs en retraite ne sont plus remplacés alors on compense…. L’énorme brouhaha des bambins ne gêne pas ma collègue de 68 ans car cela fait déjà 10 ans qu’elle est sourde.

Je fais parti d’une Famille d’enseignants depuis 4 générations. Mon fils de 30 ans voudrait rentrer dans l’éducation nationale mais il n’y a pas de place. Je lui ai conseillé de faire une carrière militaire de 15 ans. Il pourra ainsi rentrer dans l’éducation nationale grâce à un emploi réservé J’espère qu’il suivra mon conseil car c’est actuellement la seule filière possible

L’année prochaine je pars en retraite.ma maigre pension va m’obliger à rester devant une télé insipide. Moi qui avais rêvé de voyages vers des pays lointains. Les statistiques disent que les enseignants ont une plus grande espérance de vie ; les journées risquent d’être longues …mais j’y pense !!!!! Si j’allais faire la surveillance dans un lycée peut-être que les lycéens me fileraient un peu d’herbe pour voyager à pas cher ?

On nous a longtemps appelés « les hussards de la république » mais aujourd’hui nous sommes « les usés de la république »