Article publié le 19 octobre 2021, mis à jour le 20 octobre

Getty

Selon un décret publié jeudi 14 octobre au Journal officiel, 12 nouveaux départements sont autorisés ce lundi 18 octobre à ôter le masque en classe pour les élèves du CP au CM2. Sont concernés l’Ain, l’Ariège, la Charente, le Cher, la Drôme, le Gard, l’Hérault, la Moselle, le Haut-Rhin, le Var, la Haute-Vienne et la Seine-et-Marne.

Ils s’ajoutent aux 67 départements déjà concernés par cette mesure en raison de la faible circulation du Covid-19. En revanche, en Lozère, où le taux d’incidence est à nouveau très élevé, le masque redevient obligatoire pour les élèves. Cette nette aggravation de la situation épidémique serait « liée à un cluster dans une école élémentaire de Marvejols », selon le directeur de l’ARS, Mathieu Pardell.

Ce département avait retiré le masque à l’école depuis le 4 octobre. Il s’agit donc du premier département à repasser au protocole sanitaire de niveau 2.

22 départements restants

Au total, 79 départements sont concernés par la levée du port du masque en primaire depuis ce lundi.

Dans les collèges et les lycées, les règles du port du masque en intérieur restent inchangées. Même scénario pour les personnels de l’Education. Ces derniers doivent continuer de porter le masque en intérieur. Fin septembre, Jean-Michel Blanquer avait estimé « prématuré » de le retirer.

Des taux d’incidence qui remontent en Seine-et-Marne et Aveyron

La liste de départements où les élèves pourront retirer le masque est actualisée toutes les semaines, en fonction de l’évolution de la situation sanitaire. Pour y figurer, le taux d’incidence du département doit se stabiliser sous le seuil de 50 cas pour 100 000 habitants pendant cinq jours consécutifs. C’était effectivement le cas pour la Seine-et-Marne qui a donc ôté le masque ce lundi 18 octobre suite au décret publié le 14 octobre dernier. Mais depuis, le département a de nouveau franchi la barre des 50 cas pour 100 000 habitants. Selon les dernières statistiques de santé France Publique, le taux d’incidence s’élève à 51,8. Celui-ci ne permet pas initialement aux élèves du département de retirer leur masque à l’école. Selon le sous-prefet de permanence, contacté par France 3, « la décision juridique a été prise le 14 octobre en fonction des chiffres fournis par l’Agence Régionale de Santé ».

De même en Aveyron, département qui a fait tomber le masque à l’école le 4 octobre : le taux d’incidence y a plus que doublé ces derniers jours. Il s’élève aujourd’hui à 70 cas pour 100 000 habitants. Chez les 6-10 ans, ce taux est passé en quelques jours de 49 à 432 cas, et cinq clusters ont été découverts dans des écoles.

Ces départements pourraient donc être les suivants à faire marche arrière et à rebasculer dans le protocole sanitaire de niveau 2…

A l’heure actuelle, 22 départements sont toujours soumis à l’obligation du port du masque à l’école.

Une mesure « stupide »

Pour le médecin Gilbert Deray, l’autorisation d’enlever le masque actuellement à l’école est « stupide » :

Par ailleurs, d’après une étude américaine relayée dans The Conversation, les écoles jouent un rôle important dans la propagation de l’épidémie, amplifié par le non port du maque. Il semblerait que cela soit confirmé en Lozère, où le non port du masque a fait passer le taux d’incidence dans « la tranche des 0-9 ans, concernée par la levée du port du masque à l’école primaire,,de 43 le dimanche 3 octobre à 372 une semaine plus tard » indique ainsi 20 Minutes.