l’Université Paris-Sorbonne © Getty Images

Le nombre de lycéens admis à la session 2020 du baccalauréat est exceptionnel. 91,5% des candidats ont décroché le précieux sésame avant les rattrapages, soit une hausse de 13,7 points par rapport à l’année dernière. La hausse des bacheliers s’explique par le fait que le bac 2020 a été validée uniquement en contrôle continu, en raison de l’épidémie de coronavirus.

« Notre système n’est pas prêt à accueillir cet afflux soudain de nouveaux étudiants »

Face à ces résultats, les établissements d’enseignement supérieur vont devoir faire face à l’arrivée de beaucoup d’élèves et voir leurs effectifs augmenter.  “Il y aura cette année au moins 657.000 bacheliers, soit près de 100.000 de plus que l’an passé avant rattrapage. Jamais de tels chiffres n’avaient été atteints” indique la conférence des présidents d’université (CPU) au HuffPost.

“Notre système, dans son ensemble, n’est pas prêt à accueillir cet afflux soudain de nouveaux étudiants” explique la CPU. Elle demande « une réunion d’urgence, sous l’égide du Premier ministre ». Et le taux de réussite est encore plus important pour les bacheliers L, ES et S avec un score de 94,3%. Les élèves des filières générales sont ceux qui se dirigent le plus vers des études supérieures à l’université.

« Les années précédentes, il y avait un certain nombre de places qui se libéraient à la suite du bac. Cette année, elles ne vont pas se libérer » précise Gilles Roussel, président de la CPU à Europe 1. « On va avoir plus d’étudiants qui vont rester en attente d’une place dans l’enseignement supérieur ».

Une hausse des candidats sans proposition d’admission

À noter qu’à ce jour, près de 8 élèves sur 10 ont reçu une proposition d’admission sur la plateforme d’orientation Parcoursup. Invité de BFMTV mardi dernier, le ministre de l’Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, s’est exprimé sur le sujet.

« Nous devons avoir ces jeunes comme première priorité », affirmait-il, avant d’ajouter que « ceux qui s’inscrivent puissent avoir une place, c’est le sujet le plus important actuellement ». La « génération Covid » ne doit pas être « une génération sacrifiée ».

De son côté, le ministère de l’Enseignement supérieur explique à BFMTV s’être préparé à « l’afflux d’étudiants supplémentaires d’ici septembre ». Selon lui, de nouvelles places seront ouvertes dans les universités, les BTS et CFA à la rentrée 2020.