.

L’association des maires d’Ile-de-France a adressé une lettre à Emmanuel Macron, publiée dimanche 3 mai sur le site de La Tribune. Les 322 élus franciliens, dont la maire de Paris, Anne Hidalgo, demandent le report de la réouverture des écoles à une date ultérieure.

Dans la région la plus peuplée du pays, “l’Etat ne peut pas se désengager de sa responsabilité dans la réouverture des écoles le 11 mai ; et ce calendrier est, dans la plupart de nos communes, intenable et irréaliste. Les conditions sanitaires à mettre en œuvre sont sérieuses et c’est bien normal ; cela ne s’improvise pas” expliquent-ils.

Un déconfinement “à marche forcée”

Dans un communiqué publié le 27 avril, la FSU Ile-de-France faisait déjà part de « ses plus vives inquiétudes et réserves à propos du déconfinement » en région parisienne.

Aujourd’hui, c’est au tour des maires d’exprimer leurs inquiétudes. « Nous apprenons, dix jours avant la date de réouverture des écoles, qu’il appartiendrait aux maires de décider de la réouverture des écoles, et aux parents de décider du retour vers le chemin des classes de leurs enfants », dénoncent les maires, avant d’expliquer qu’ils ne sauront « que le 7 mai si nos départements sont officiellement classés en zone rouge. Tout cela ne s’improvise pas du jour au lendemain ».

“La préparation du déconfinement” poursuivent-ils, “se fait dans un calendrier à marche forcée, alors que nous n’avons pas encore toutes les informations pour préparer la population et que les directives sont mouvantes”.

Interrogé par LCI, le maire d’Evry-Courcouronnes (Essonne), Stéphane Beaudet, est à l’initiative de cette lettre. Il parle d’une difficulté à mettre en place le protocole sanitaire qui est “un dispositif très coûteux aussi bien humainement que financièrement”. De plus, “l’annonce par l’éducation nationale du nombre d’enseignants que nous aurons à disposition ne se fera que demain ou après-demain” affirme le président de l’Association des maires.

“Prioriser les enfants qui reprendront le chemin de l’école”

Dans la tribune adressée au chef de l’Etat, les maires de la région parisienne listent des mesures pour mener à bien la réouverture des écoles. Ils demandent “de prioriser clairement les enfants qui pourront/devront reprendre le chemin de l’école en Île-de-France en tenant compte du contexte familial de chaque enfant et en suivant un impératif de justice et d’équité”. Il s’agit également de donner “des moyens financiers suffisants” aux communes “pour qu’elles puissent assurer l’accueil périscolaire dans le strict respect du protocole sanitaire”.

Enfin, à Paris, 10% des écoliers devraient reprendre le chemin de l’école le 11 mai. C’est ce qu’estime Patrick Bloche, adjoint au maire chargé de l’éducation, au Figaro. 10%, cela représente 13,000 enfants ce qui est, selon lui, un “chiffre raisonnable”.

 “Si on l’atteint, ce sera déjà très bien” explique-il, en se référant à la situation sanitaire de la capitale, située “en zone rouge” avec des “locaux scolaires parfois exigus”.