Getty Images

Dans un courrier du 20 avril 2020, le SNICS-FSU, syndicat majoritaire des infirmier.es de l’Éducation nationale, demande au ministère d’encadrer la reprise scolaire du 11 mai par des mesures sanitaires. Pour ce faire, le syndicat interpelle Jean-Michel Blanquer pour que chaque infirmier.es soit doté de tests de dépistage du Covid-19 à prescrire aux élèves et aux personnels.

« Cette mesure permettrait de simplifier le parcours de soins en évitant une consultation inutile et en assurant le remboursement des tests » rapporte le SNICS-FSU. « Elle permettrait également d’étendre significativement, et à moindre coût, le dispositif de dépistage et limiterait efficacement les risques pour l’ensemble de la communauté scolaire ».

« Les personnels et les élèves les plus fragiles devraient être invités à poursuivre leur confinement » prévient le syndicat dans son communiqué.

Garantir les enjeux de santé

Ainsi, pour répondre efficacement aux besoins de santé, le syndicat propose au ministère de recevoir « les personnels en consultation infirmière de façon progressive avant l’ouverte des classes aux élèves ». Les infirmiers et infirmières scolaires doivent également avoir des masques, du gel hydro-alcoolique des surblouses et des gants jetables.

En outre, le syndicat liste des mesures sanitaires indispensables à prendre en compte dès la réouverture des établissements scolaires. En particulier :

  • L’environnement scolaire et les déplacements doivent être repensés pour favoriser la protection ; distanciation sociale et les gestes barrières, limitation des changements de salle, zone et organisation de temps réguliers de lavage des mains…
  •  L’anticipation des difficultés sanitaires et psychologiques inhérentes au confinement prolongé et la sensibilisation des équipes éducatives à son repérage.
  • Les procédures d’hygiène et de nettoyage dans les établissements scolaires, avec du matériel adapté et des personnels en nombre suffisant pour les réaliser.
  • La restauration scolaire, la gestion des passages des élèves et le respect de la distanciation sociale.

Dans un communiqué, le SNPDEN-UNSA, syndicat des personnels de direction, parle également d’une reprise scolaire dans « un processus sécurisé, progressif et adaptable ».