© Getty Images

Avec la propagation importante du coronavirus dans l’Hexagone, le Président de la République, Emmanuel Macron, avait annoncé la fermeture des établissements scolaires dès lundi 16 mars. Toutefois, certaines écoles font exception, afin d’accueillir les enfants des personnels soignants, très sollicités par la crise sanitaire.

A Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine), un directeur d’école a adopté ce dispositif exceptionnel d’accueil des enfants de soignants. Dans cette école, quatre enseignants sont disponibles pour accueillir les sept enfants de personnels soignants. « C’est plutôt des jeux, avec de l’accompagnement. On essaie aussi d’être rassurant par rapport à ces enfants », explique le directeur d’école, au micro de France 2.

A Toulouse, huit écoles accueillent les enfants

Depuis lundi 16 mars, le rectorat de Toulouse a demandé aux enseignants volontaires d’accueillir les enfants des personnels soignants. Selon La Dépêche, huit écoles restent ouvertes dans la ville Rose pour une moyenne de 10 à 15 élèves, de la maternelle au CM2.

« Nous sommes deux profs en cours, On répartit les élèves par niveau et par cycle » confie une enseignante au journal local, avant d’ajouter : «  Mais on n’a pas de masques, on a des gants. C’est toujours difficile de gérer la distanciation, on a malheureusement tendance à se rapprocher de l’élève qui apprend à lire par exemple ».

Dans le sud de la France, l’accueil des enfants débute aujourd’hui

L’accueil des enfants des personnels soignants a démarré ce jeudi 19 mars, dans le Gard, selon France Bleu. Ainsi, les enfants sont accueillis sur temps scolaire et périscolaire. Un accueil réalisé « prioritairement au plus près des lieux de travail des personnels concernés » précise le média local.

Les enfants doivent être par groupe de dix maximum et seront encadrés par des équipes qui doivent se relayer, afin de limiter la propagation du Covid-19. Par ailleurs, les enfants bénéficieront d’un accompagnement du travail de continuité pédagogique « mis en place par l’école ou l’établissement d’origine ».

A Nice, des enseignants « s’estiment en danger »

Dans les Alpes-Maritimes, 1100 enseignants volontaires accueillent les enfants des personnels soignants, indique Nice-Matin. 567 élèves du département sont ainsi concernés. Néanmoins, des syndicats et des enseignants pointent du doigt l’Education nationale car ils « s’estiment en danger ». « Je suis inquiète, forcément. Ces enfants de soignants peuvent être porteurs asymptomatiques » explique une directrice d’école de Nice. « Leurs parents travaillent au contact des malades. Nous aussi pouvons d’ailleurs potentiellement être malades sans le savoir« .

De son côté, le SNUIPP du département déclare « être assailli de courriels inquiets ». Gilles Jean, son secrétaire, tire la sonnette d’alarme auprès du recteur. « Les enseignants sont volontaires, mais cela devait se faire dans des conditions d’hygiène irréprochables. Dans les faits il manque gants, gels ou masques un peu partout. Je pense que certains vont renoncer face à ces conditions » conclut-il.