© Getty Images

L’amiante est encore présente dans de nombreux établissements scolaires. C’est ce que révèle un document que s’est procuré Libération, mardi 4 février. Ce document est un fichier interne aux services de l’Education nationale. Il s’agit du « seul recensement des écoles, collèges et lycées publics et privés contenant ce matériau dangereux pour la santé », selon le quotidien.

On lit ainsi dans Libération que la grande majorité des établissements construits avant 1997, date de l’interdiction de l’amiante dans l’Hexagone, contiennent toujours ce matériau dangereux. Dans le détail, 80% des lycées professionnels, 77% des lycées généraux et technologiques, 73% des collèges et 38% des écoles en contiennent.

Des personnels touchés par le cancer de l’amiante

L’amiante, comme l’indique Libé, se trouve dans les faux plafonds, le long des tuyauteries, sur des poutres porteuses en fer, ou bien dans la colle des dalles de sol. « Tant que l’amiante est calfeutrée, il n’y a pas de danger pour la santé. Mais quand, avec le temps, les bâtiments se détériorent, les risques d’exposition augmentent ». Le danger devient ainsi bien réel pour les enfants et les personnels de l’éducation.

De plus, selon une enquête de Santé publique France, 20 enseignants et personnels contractent chaque année un mésothéliome pleural (le cancer de l’amiante). « Ses effets sur la santé peuvent apparaître jusqu’à 30 à 40 ans après la première exposition. On estime aujourd’hui que 1100 nouveaux cas de mésothéliome surviennent annuellement en France. L’augmentation est plus marquée chez les femmes avec un doublement des cas en 20 ans pour atteindre 310 cas par an » précise l’enquête.

Un outil pour détecter l’amiante

Libération a mis au point un outil élaboré pour détecter la présence d’amiante. Il suffit d’entrer le nom de la ville, école, collège ou lycée pour savoir si un diagnostic a été effectué.