Les syndicats mobilisés devant le rectorat d’Aix-en-Provence © Capture d’écran twitter

La mobilisation contre la réforme du bac et des retraites se poursuit. Le projet de loi sur la réforme des retraites doit être présenté aujourd’hui en Conseil des ministres. Il fera ensuite l’objet de débats au Parlement, le 17 février prochain.

La mobilisation interprofessionnelle ne semble pas s’essouffler. Elle est par ailleurs toujours soutenue par la population : d’après un sondage BVA pour Orange, RTL et La Tribune, seul « 29% des Français interrogés jugent que la protestation doit s’arrêter » indique BFMTV.

Pour cette septième journée de mobilisation enseignante, le taux de grévistes est de 40% pour les enseignants du premier degré, selon le Snuipp-FSU. La « mobilisation continue du premier degré témoigne de la détermination intacte des personnels et de leur rejet profond de cette réforme des retraites » peut-on lire sur le communiqué du syndicat.

De son côté, le ministère de l’Education nationale compte près de 15,84% de grévistes dans le premier degré et 10,30% dans le second degré, d’après le communiqué officiel.

A Paris, le cortège s’élance dès 11 heures

A Paris, la manifestation débute à 11 heures depuis la place de la République et se dirigera vers la place de la Concorde.

Au collège Robert Doisneau de Montrouge, les enseignants et les élèves scandent des slogans avec des affiches « Je suis 0,1% », sur le modèle du « Je suis Charlie ». Cela est du à une citation prêtée au ministre de l’Education nationale, Jean-Michel Blanquer, qui aurait dit sur France Inter que 99.9% des enseignants soutenaient sa réforme.

Le hashtag #JeSuis01PourCent est très relayé sur les réseaux sociaux. Clémentine Autain, députée la France insoumise en Seine-Saint-Denis, a également relayé cette info avec des professeurs de Sevran.

Des enseignants « enterrent » leur retraite

Au collège Ennemond Richard de Saint-Chamond, près de Saint-Etienne (Loire), des enseignants ont réalisé un geste symbolique cette nuit : « l’enterrement » de leur retraite.

A Lorient, on danse contre la réforme des retraites

Par ailleurs, la mobilisation s’est transformée en chorégraphie géante à Lorient (Morbihan), selon le SNES 56.