© Getty Images

La fédération des conseils de parents d’élèves (FCPE) s’inquiète pour les lycéens. C’est ce que révèle le président de l’association, Rodrigo Arenas. « Nous refusons que les enfants soient les victimes de E3C. Etant donné la situation, il faut impérativement que les enseignants notent avec bienveillance les élèves » a t-il déclaré.

Depuis lundi 20 janvier, les épreuves communes de contrôle continu ont débuté dans un grand nombre d’établissements. Mais syndicats et enseignants se sont mobilisés contre ces E3C, en bloquant les accès dans les établissements« Dix établissements ont dû reporter leurs épreuves », évoquait le Snes-FSU.

Pour rappel, les organisations syndicales demandaient la suppression des E3C, estimant que « rien n’est prêt, ce qui contribue au stress grandissant des élèves » .

« Les organisations syndicales sont dans le dialogue social mais ce qui n’est pas acceptable » explique le président de la FCPE à Franceinfo.  « C’est qu’il y a des enseignants qui chauffent les gamins pour encourager des modes d’actions qui, clairement, mènent au boycottNous, la FCPE, n’appelons pas au boycott. »

En île-de-France, un planning chargé

La FCPE pointe du doigt la préparation des examens. Dans les Hauts-de-Seine, les E3C « ont été reportées à la première semaine de février, pour donner plus de temps aux élèves pour se préparer. Mais dans d’autres, les élèves ont dû plancher dès le 20 janvier » indique à 20minutes le président de la FCPE 92, Abdelkrim Mesbahi. De son côté, un élu FCPE des Yvelines affirme que certains lycéens ont du passer les E3C et des contrôles la même semaine.

De même, un proviseur du Val-de-Marne dénonce un alourdissement de la charge de travail. “On nous demande d’organiser des mini-bacs. A chaque fois, il faut envoyer des convocations, choisir des sujets, mobiliser des surveillants, trouver des salles, du temps de correction…”, expliquait Bruno Bobkiewicz qui demande 40 % “de vrai contrôle continu”.

La FCPE critique le ministère

Par ailleurs, le président de la FCPE a déclaré, lors d’une conférence de presse, que le ministère « aussi, est en train de chauffer tout le monde parce que cela fait des mois que cette situation est délétère et qu’elle se dégrade ». La FCPE souhaite que la notation des E3C soit plus indulgente, compte tenu des perturbations. Rodrigo Arenas compte écrire un courrier aux syndicats et au ministère de l’Education nationale sur le sujet.