Frédérique Vidal annonce des mesures pour lutter contre la précarité étudiante

La ministre de l'Enseignement supérieur et de la recherche souhaite entre autres créer un numéro d'appel, afin de faciliter l'accès aux aides d'urgence.

© Capture d’écran RTL

Aider les étudiants les plus précaires. Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche annonce au micro de RTL, mardi 19 novembre, la création d’un numéro d’appel pour favoriser l’accès aux aides d’urgence. Ce numéro sera mis en place « au plus tard d’ici la fin de l’année« .

« Ce numéro permettra d’embarquer les organisations syndicales pour qu’elles nous aident à repérer les jeunes en situation de précarité, de manière à ce qu’il y ait un fonds d’aides d’urgence qui puisse être mobilisé par ces étudiants en situation de précarité » a t-elle précisé.

Cette décision survient dix jours après l’immolation d’un étudiant de 22 ans devant un restaurant universitaire à Lyon. Le jeune homme, en situation précaire, venait de perdre sa bourse car il avait triplé sa deuxième année de licence et évoquait dans une lettre ses difficultés financières. « Il est toujours dans un état critique, en coma artificiel. Son état est stabilisé mais il reste très gravement atteint » indique Frédérique Vidal. Ce drame a suscité l’émoi dans la communauté étudiante.

« Nous venons d’augmenter les bourses étudiantes »

La ministre de l’Enseignement supérieur affirme que les bourses étudiantes ont été augmentées depuis la rentrée 2019. « Nous venons de remettre 46 millions d’euros supplémentaires sur les bourses étudiantes. Il faut être dans l’efficacité » explique-elle, avant d’ajouter que : « Sur ces 5,7 millions d’euros consacrés aux aides étudiantes sur le budget de l’état, il y a les aides spécifiques, les aides d’urgence. Elles ne sont pas consommées en réalité. Il reste chaque année un peu plus de 15 millions d’euros d’aides non-consommées. Cela signifie que c’est trop compliqué« .

Frédérique Vidal a également évoqué un déploiement de « la trêve hivernale » qui sera appliquée « dès à présent » dans les cités universitaires. « Ça veut dire qu’on ne peut pas expulser un étudiant d’une cité universitaire, puisque les cités universitaires jusqu’à présent n’étaient pas dans le droit commun » affirme la ministre. Par ailleurs, la ministre travaille sur un plan de déploiement pour construire des logements étudiants.

« Le gouvernement n’est pas prêt à s’engager financièrement »

La FAGE, premier syndicat étudiant, a pu échanger avec la ministre ce lundi 18 novembre sur les questions relatives à la précarité -notamment le logement, les bourses et la santé-. « Après, c’était encore un rendez-vous comme on a l’habitude de faire. Ça fait des années maintenant qu’on met en avant ces problématiques-là » tempère Orlane François, présidente de la FAGE, sur Europe 1.

La présidente du syndicat explique que l’argent reste « le nerf de la guerre » dans le combat contre la précarité étudiante. « Si on veut travailler sur la question de précarité au-delà de mesures qui sont intéressantes sur l’accompagnement, il faut évidemment avoir un investissement fort financier » poursuit Orlane François. « Dès qu’on parle financier et investissement massif, on sait que ça fait toujours un peu frémir le gouvernement. Pour l’instant, le gouvernement n’est pas prêt à s’engager financièrement. Et c’est quelque chose qu’on dénonce aujourd’hui. »

Partagez l'article

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.