« Rupture d’égalité : le recours de cinq maires du 93 contre l’État »

Cinq maires de Seine-Saint-Denis ont exprimé leur intention de déposer un recours contre l'Etat pour "rupture d'égalité", face aux autres communes.

La Préfecture de la Seine-Saint-Denis à Bobigny © Google Maps

Cinq maires de Seine-Saint-Denis vont déposer un recours contre l’Etat pour « rupture d’égalité », selon l’annonce faite par leur avocat, Arié Alimi, le 6 septembre dernier. Ils demandent « à ce que l’Etat réduisent les inégalités« , affirme l’avocat. Le recours fait suite au rapport Cornut-Gentille publié en mai 2018, qui dénonçait les inégalités en Seine-Saint-Denis.

Rapport d’information Cornut-Gentille, publié en mai 2018

Des inégalités importantes sont à déplorer et subsistent dans tous les secteurs publics du département. Une demande a été également adressée en parallèle au Premier ministre, ainsi qu’à tous les ministères concernés (Economie, Justice, Education, Cohésion des territoires).

Les élus de Bondy, Aubervilliers, Saint-Denis, l’Île-Saint-Denis et Stains se sont réunis samedi 7 septembre, vêtus de leur écharpe tricolore, sur le parvis de la préfecture de la Seine-Saint-Denis à Bobigny, afin d’exprimer leurs revendications.


Des inégalités en terme de sécurité

« L’Etat est faible en Seine-Saint-Denis et il fait semblant de ne pas le savoir », explique au Parisien Sylvine Thomassin, maire PS de Bondy, devant les portes de la préfecture.  «Cette année il y avait zéro euro pour installer de la vidéo protection, il faut cinq à six ans pour traiter une procédure contre un marchand de sommeil ».

De plus, les communes de Bondy et Stains manquent également de moyens humains en termes de sécurité. « Nous ne disposons que d’un policier pour 520 habitants alors que je pensais que c’était un pour 400. Pendant que Paris a un policier pour 300 personnes » relate le maire PCF de Stains Azzedine Taïbi.

« Le rapport valide et conforte ce que nous constatons depuis longtemps» explique-il. Il espère ainsi «que l’Etat reconnaisse qu’il y a rupture d’égalité» et demande des moyens plus conséquents «pour permettre que la situation en Seine-Saint-Denis s’améliore

Le niveau scolaire des élèves demeure faible

En matière d’éducation, le rapport montre que la politique d’éducation prioritaire « ne parvient pas à réduire les écarts de réussite entre les établissements qui en bénéficient et les autres. » En effet, en 2015, en début de 6ème, « seuls 36% des élèves en REP+ et un peu moins d’un élève sur deux en REP maîtrisaient » à la fois la langue française et les mathématiques contre « deux tiers des élèves hors REP. »

Un retard dans les apprentissages corrélé aussi au manque de moyens humains important en Seine-Saint-Denis, où l’absence d’enseignants « est plus dommageable qu’ailleurs. »

Partagez l'article

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.