Capture d’écran – Google Maps

Sciences Po Paris a annoncé ce mardi 25 juin, dans un communiqué, la réforme de sa procédure d’admission en première année. A partir de 2021, les candidats désireux de s’inscrire dans la prestigieuse école du 7e arrondissement parisien se verront exemptés des épreuves écrites au profit d’une sélection sur dossier. Ainsi, les trois épreuves écrites traditionnelles d’histoire, de sciences économiques ou philosophie et de langue vivante seront supprimées.

« Tous les candidats seront désormais évalués selon quatre dimensions complémentaires: le contrôle continu au lycée sur trois ans, la moyenne des épreuves écrites du Baccalauréat, le profil du candidat et sa motivation et enfin un entretien oral » peut-on lire dans le communiqué.

Frédéric Mion, directeur de l’Institut d’études politiques (IEP) de Paris a déclaré ce matin sur France Inter que les modalités d’accès à Sciences Po devaient changer, afin de mettre en oeuvre une procédure « plus équitable« .

Les aptitudes écrites des candidats ne seront pas mise de côté

Le directeur de l’IEP Paris tient à indiquer que les aptitudes écrites des candidats resteront des critères déterminants. « L’écrit demeure déterminant, il sera au cœur des critères que nous allons mobiliser pour évaluer les candidates et les candidats » explique Frédéric Mion, avant d’ajouter : « Nous estimons que nous pouvons en confiance juger de l’excellence académique et scolaire de nos candidats sur leur dossier scolaire. (…) Nous savons que nos épreuves écrites d’entrée à Sciences Po se bornaient à nous confirmer ce que les dossiers de nos candidats nous apprenaient déjà sur eux. Elles étaient superfétatoires. » Et de préciser : « Nous allons accorder une place très importante à ces aptitudes écrites telles qu’elles nous sont révélées par les épreuves du bac et le contrôle continu du lycée« .

Attirer davantage d’élèves issus de milieux défavorisés

Afin de garantir l’égalité des chances dans le recrutement des candidats, Sciences Po a signé des conventions d’éducation prioritaire (CEP). Il s’agit d’un dispositif créé en 2001 et destiné aux élèves issus des lycées d’éducation prioritaire. Avec la réforme de la voie d’admission, le directeur de l’IEP souhaite diversifier « les talents et les origines » des candidats. L’objectif est d’avoir d’ici 2021, un quota de « 30% de boursiers » a minima, dont la moitié issue des 106 établissements conventionnés pour préparer les lycéens désireux d’intégrer Sciences Po.

Enfin, l’IEP de Paris souhaite « doubler le nombre de lycées partenaires » pour toucher davantage de zones rurales et semi-rurales, en passant de 106 à 200 lycées dans les prochaines années, en renforçant « l’accompagnement des élèves volontaires » dans les lycées conventionnés.