A Mantes-la-Jolie, une « cité éducative » pour favoriser la réussite des élèves

La ville de Mantes-la-Jolie a fait le choix d'une politique ambitieuse pour accompagner au mieux les élèves vers la réussite. Le point avec Raphael Cognet, maire de la commune.

© Getty Images

La ville de Mantes-la-Jolie (Yvelines) a mis en place une politique innovante pour veiller à la réussite de ses élèves : celle de « Cité éducative ». Il s’agit d’un label d’initiative menée par les élus locaux, les associations et les services de l’Etat. La cité éducative « résulte de la co-construction de la feuille de route gouvernementale pour les quartiers prioritaires menée par le ministre de la Cohésion des territoires » peut-on lire sur le site du ministère de l’Education nationale. Le label vise à prendre en charge les enfants à partir de 3 ans jusqu’aux jeunes de 25 ans, autour du cadre scolaire.

La première liste des territoires éligibles au label « Cité éducative » a été dévoilée par le ministère dans un communiqué le 2 mai dernier. Elle a été établie par Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Education nationale et Julien Denormandie, ministre chargé de la Ville et du Logement. Ainsi, 80 territoires ont été sélectionnés en France et dans les DOM-TOM, dont 35 en Île-de-France, dans lesquels figure la ville de Mantes-la-Jolie.

© Ministère de l’Education nationale

Une mise en place progressive

Pour être éligible au label de cité éducative, il faut déjà avoir un bilan en termes d’actions réalisées par la ville. « Cela fait très longtemps que la question de l’éducation à Mantes-la-Jolie est une question centrale pour la municipalité » affirme ainsi Raphael Cognet, maire de la commune. « Nous avons en effet fixé trois axes sur lesquelles reposent sur les cités éducatives : conforter la phase de l’école, assurer la continuité éducative et ouvrir le champ des possibles ».

Le 13 mai dernier, Raphael Cognet et plusieurs élus municipaux se sont rendus au séminaire des 35 territoires d’Ile-de-France éligibles au label à l’Université Paris-Diderot. Ils ont confronté les idées et débattus sur les envies de la commune concernant le label cité éducative, afin d’être en adéquation avec les choix du gouvernement.

« Nous avons commencé vraiment à mieux cerner ce qu’était la cité éducative pour les services de l’Education nationale . C’est un état d’esprit plus qu’un dispositif » souligne le maire. « Ce sera un outil pour mieux faire ce qu’on fait déjà. Nous partons d’un socle existant qui est très important mais à amplifier ».

Avec l’aide des associations, des professeurs et des parents d’élèves, Raphael Cognet compte travailler sur les difficultés scolaires de l’enfant, l’accompagner individuellement et au mieux dans son orientation.

Accompagner les jeunes en difficulté sociale

A Mantes-la-Jolie, deux tiers des établissements sont classés réseaux d’éducation prioritaire (REP), soit 5 collèges sur 6 en REP. Le Val-Fourré, quartier sensible de la ville, est très concerné par le label Cité éducative. D’autant que, selon un communiqué de la mairie, 29% des enfants sont en situation de vulnérabilité socio-éducative et 25% des jeunes n’ont ni emploi, ni formation (contre 13% à l’échelle nationale).

« Les élèves décrocheurs, c’est parfois entre le CM2 et la 6ème, mais cela commence déjà dans le premier degré » constate le maire. « Nous devons déterminer les axes prioritaires pour pallier les difficultés et pour moi ça commence avec le niveau de français et l’acquisition du langage, car on retrouve encore ces difficultés chez nos jeunes à l’âge de 16 ans ».

Raisonner « à l’échelle de la commune »  

Enfin, le maire de Mantes-la-Jolie soutient que la cité éducative doit être pensée à l’échelle de la commune et non par zones. « Il y a des enfants qui ne sont pas dans les ZEP mais qui relèvent de l’éducation prioritaire. Ils ont exactement les mêmes difficultés que les enfants au Val-Fourré mais ils ne sont pas dans des établissements REP. Cela crée une véritable rupture d’égalité entre les élèves.» Avec tous les acteurs locaux, Raphael Cognet multiplie les initiatives, avec notamment l’arrivée d’un nouveau collège prévu pour la rentrée 2021.

Partagez l'article

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.