Loi pour l’école de la confiance : des articles qui font toujours polémique

Alors que le projet de loi pour l’école de la confiance est examiné au Sénat, certains articles suscitent toujours la colère des professeurs.

école de la confiance

DONGSEON_KIM – Getty

Depuis hier, le Sénat examine le projet de loi « pour une école de la confiance », porté par le ministre de l’Education nationale. Ce même projet qui suscite depuis plusieurs mois la colère des enseignants, et contre lequel ils ont manifesté ce jeudi 9 mai. Deux articles font particulièrement polémique.

Article 1 sur l’exemplarité des personnels de l’éducation

Particulièrement décrié, l’article 1 stipulait que « par leur engagement et leur exemplarité, les personnels de la communauté éducative contribuent à l’établissement du lien de confiance qui doit unir les élèves et leur famille au service public de l’éducation. Ce lien implique également le respect des élèves et de leur famille à l’égard de l’institution scolaire et de l’ensemble de ses personnels. ». Une « dérive autoritariste », avait estimé le Snuipp-FSU, premier syndicat du primaire, lors d’une précédente manifestation. Pour certains enseignants, qui ont participé à la manifestation du 9 mai dernier, cet article générera forcément un « climat de raidissement ».

Pourtant, pour le cabinet de Jean-Michel Blanquer, cité par le Monde, « l’article ne modifie en rien la liberté d’expression, il rappelle simplement le devoir d’exemplarité des enseignants ».

Adopté, l’article 1 a toutefois été réécrit par le Sénat, qui y a introduit la notion d’autorité : « L’engagement et l’exemplarité des personnels de l’éducation nationale confortent leur autorité dans la classe et l’établissement et contribuent au lien de confiance qui unit les élèves et leur famille au service public de l’éducation », indique le Café pédagogique. Le ministre a d’ailleurs « souscrit pleinement » à cette nouvelle rédaction, et a « bien volontiers » reconnu qu’elle « apporte une amélioration. Et que l’ajout du terme autorité est très important ».

Article 6 quater sur les établissements publics des savoirs fondamentaux

Autre point de tension, l’article 6 quater qui permettra aux collectivités de regrouper écoles et collèges dans une nouvelle structure baptisée établissement public des savoirs fondamentaux. Ce regroupement ne se traduira pas forcément pas un rapprochement physique, mais donnera la possibilité aux écoles et collèges appartenant au même établissement d’organiser des projets pédagogiques, sorties ou voyages scolaires communs, afin de créer une meilleure continuité entre l’école et le collège. En mars dernier, Jean-Michel Blanquer avait assuré que ce regroupement ne serait pas imposé, mais cela n’a pas suffit à calmer les inquiétudes.

Certains syndicats craignaient en effet que ce regroupement entraîne un affaiblissement du rôle du directeur d’école. « S’il existe un lien hiérarchique entre le principal de collège et le directeur d’école, le risque est que les besoins des élèves et des enseignants du premier degré soient mal compris », déplorait notamment Stéphane Crochet, secrétaire général du SE-Unsa, dans 20 minutes. Pour Francette Popineau, secrétaire générale du Snuipp-FSU,  « cela risque d’entraîner une perte de lien de proximité avec le directeur d’école, puisque celui-ci ne sera plus que l’adjoint du chef d’établissement. Et on ne sait pas s’il sera à plein temps, quelles seront ses missions… ». Quant à Frédérique Rolet, secrétaire générale du Snes-Fsu, elle craignait que « l’ambition de cet article soit surtout de mutualiser des locaux et des moyens humains et qu’il conduise à des fermetures de classes ».

Supprimé par la Commission éducation du Sénat, cet article pourrait être, sur amendement proposé par les députés LREM, rétabli avec une modification : l’ouverture d’un tel établissement ne se ferait qu’après autorisation du maire, du conseil d’administration du collège ainsi que des conseils d’école.

L’examen du projet de loi au Sénat devrait se prolonger au moins jusqu’au jeudi 16 mai.

Partagez l'article

2 commentaires sur "Loi pour l’école de la confiance : des articles qui font toujours polémique"

  1. profencolère  16 mai 2019 à 23 h 20 min

    « L’engagement et l’exemplarité des personnels de l’éducation nationale… »
    C’est l’hôpital qui se fout de la charité là !
    Qu’en est-il des politiques et des élus quant à leur engagement et leur exemplarité ?Signaler un abus

    Répondre
  2. Pierre Herve  17 mai 2019 à 20 h 43 min

    Je crains de ne pas bien comprendre, prenons le service de santé, quelles sont les chances d’un malade qui ne fait pas confiance à ceux qui le soignent? quelles sont ses chances de guérir? Si l’on ne fait pas confiance à ceux qui sont chargés d’apprendre aux enfants, quelles sont les chances de réussite des jeunes? Je comprends la contestation des élèves, mais pour quelles obscures raisons ne feraient-ils pas confiance à ceux qui sont chargés par l’Etat de leur apprendre à lire à écrire, à compter à peindre, à se comporter?….Signaler un abus

    Répondre

Laisser un commentaire à Pierre Herve Annuler

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire – VousNousIls.fr 1 bis rue Jean Wiener – Champs-sur-Marne 77447 Marne-la-Vallée Cedex 2.