Des communes vont expérimenter la cantine à un euro pour les écoliers défavorisés

Cette initiative permettra aux élèves issus de familles modestes de bénéficier d’un repas peu coûteux et, dans certaines communes, des petits déjeuners gratuits.

© Getty Images

Dans le cadre du « plan pauvreté » annoncé par le gouvernement et la ministre de la santé Agnès Buzyn, Christelle Dubos, secrétaire d’État auprès de la ministre de la santé, a annoncé ce dimanche 7 avril le lancement de « la cantine à un euro ».

L’initiative se mettra en place à partir du 12 avril prochain. « Cela concernera jusqu’à 10 000 communes » et celles « qui s’engagent recevront une aide de l’Etat de 2 euros par repas, sachant qu’il coûte en moyenne 4,50 euros » a déclaré Christelle Dubos dans un entretien au Journal du dimanche.

La question de la pauvreté à l’école avait déjà fait l’objet d’un rapport en 2015 par l’inspecteur général de l’Éducation nationale, Jean-Paul Delahaye. Intitulé « Grande pauvreté et réussite scolaire » et remis à l’ancienne ministre de l’Éducation nationale, Najat Vallaud-Belkacem, ce rapport stipulait que la restauration scolaire devait être moins coûteuse pour les familles défavorisées.

Petits déjeuners gratuits

En France en effet, un enfant sur dix arrive à l’école le ventre vide, selon la secrétaire d’État auprès du ministre de la santé. « Il n’a donc pas les mêmes chances d’apprentissage qu’un camarade qui a le ventre plein. Mettre en place le petit déjeuner à l’école, c’est une mesure de bon sens qui s’attaque aux racines des inégalités ». Des établissements défavorisés de huit académies -notamment Amiens, Toulouse et Montpellier- vont ainsi proposer des petits déjeuners gratuits à partir du 17 avril, aux enfants des familles à faible revenu.

Et ce phénomène touche davantage les enfants scolarisés en réseau d’éducation prioritaire renforcé (REP+). Radouane M’Hamdi, secrétaire départemental du SNPDEN et chef d’établissement d’un collège REP+ à Sevran (Seine-Saint-Denis) explique à Franceinfo que « jusqu’à 25% des élèves n’ont rien pris le matin ». Il ajoute aussi que jeûner le matin se révèle être un « frein » dans la réussite des élèves. « Si on a commencé la journée vers 7h-7h30, on a un pic de baisse de sucres, on est moins concentré et les décisions que vous prenez, vous et moi, ne sont pas les mêmes que si on a déjeuné correctement » affirme-t-il.

Certaines communes ont déjà instauré des aides, comme à Bobigny (Seine-Saint-Denis) où la cantine est gratuite et prise en charge par la mairie, pour un coût de plus de deux millions d’euros. Mais le dispositif « cantine à un euro et petits déjeuners gratuits »annoncé par Christelle Dubos, sera généralisé sur tout le territoire français dès la rentrée prochaine.

Partagez l'article

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire – VousNousIls.fr 1 bis rue Jean Wiener – Champs-sur-Marne 77447 Marne-la-Vallée Cedex 2.