Violences à l’école : le ministère de l’Education nationale abandonne l’idée de suspension des allocations familiales

Jean-Michel Blanquer renonce à son projet de suspension des allocations familiales pour lutter contre la violence scolaire. D'autres sanctions sont néanmoins envisagées.

Jean-Michel Blanquer – Capture d’écran

Alors que le plan « violences à l’école » a été reporté pour la quatrième fois, le ministre de l’Education nationale Jean-Michel Blanquer souhaite désormais abandonner le projet de suspension des allocations familiales pour les familles d’élèves violents.

Cette mesure était au centre de tous les débats et avait suscité de vives polémiques. Certains députés de la majorité avaient exprimé publiquement leur opposition. De son côté, le ministre a affirmé que suspendre les allocations familiales pour les familles concernées, ça « faisait trop couleur Ciotti » selon RMC, se référant ainsi au député LR Eric Ciotti, qui avait proposé une loi similaire en octobre dernier.

Des « amendes » pour les familles concernées toujours envisagées

En réponse aux manifestations de violences survenues au lycée Edouard Branly de Créteil où deux enseignants avaient été agressés par des élèves, le ministère de l’Education nationale reste  favorable à des amendes pour les parents d’élèves violents et pour « les élèves violents eux-mêmes s’ils ont plus de 13 ans« , afin de les responsabiliser.

Jean-Michel Blanquer doit également trouver un consensus avec les autres ministères impliqués (à savoir Justice, Intérieur, Santé) sur la sécurité autour des établissements scolaires et sur la création d’espaces dédiés pour les élèves «poly-exclus». Toujours selon RMC, le gouvernement « devrait se donner encore deux à trois semaines pour fixer les modalités » et présenter le plan « violences à l’école » en conseil des ministres.

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.