Réforme du concours des enseignants : vers un recrutement en M2

Jean-Michel Blanquer et Frédérique Vidal envisagent une réforme du concours enseignant, qui aurait lieu durant l’année de M2.

Getty Images

Tandis que le projet de loi pour « l’école de la confiance » a été voté à l’Assemblée Nationale ce mardi, Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Education nationale et Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur de la Recherche, ont annoncé aux organisations syndicales la mise en place d’un nouveau concours enseignant en fin de M2. La réforme prendrait effet au printemps 2022.

 

Bernard Saint-Girons, ancien recteur de Créteil et Monique Ronzeau, inspectrice générale de l’administration de l’Education nationale, sont à l’initiative de cette réforme. Ils proposent, dans leur rapport « Quelles évolutions pour les concours de recrutement des enseignants », deux options : l’admissibilité en fin de L3 puis l’admission en M2 ou les deux combinés en M2.

Option 1 : l’admissibilité en L3 et l’admission en M2

Le rapport indique que positionner les épreuves d’admissibilité en fin de troisième année de licence apporte «une clarification dans l’organisation, le temps, le contenu de la formation de master » ainsi qu’une consolidation «des attentes de l’employeur sur les compétences professionnelles» du métier d’enseignant. Autrement dit, une formation améliorée dans laquelle le M1 n’est plus «consacré en même temps à la préparation d’épreuve d’écrite de concours et à la formation professionnelle

Cette option était recommandée par la Cour des Comptes, selon AEF. « Le déplacement des épreuves d’admissibilité en L3 permettrait aux universités de préparer les candidats sur le plan disciplinaire ; les épreuves d’admission seraient plus axées sur la professionnalisation afin de sélectionner ceux des admissibles qui présentent les meilleures aptitudes et la plus forte motivation pour le métier « .

Option 2 : admission et admissibilité en M2

Cette deuxième option a été retenue par Frédérique Vidal et Jean-Michel Blanquer. Elle consiste à «valoriser davantage la dimension professionnelle acquise au cours de la formation» dans le cadre d’un master des métiers de l’enseignement, de l’éducation et de la formation (MEEF) en alternance. D’après le rapport, cette option met en lumière plusieurs questions : « une évolution des concours dont l’organisation, le contenu des épreuves et la composition des jurys devront impérativement être revus, afin notamment de mieux reconnaître l’expérience pédagogique acquise au cours du master. » Bernard Saint-Girons et Monique Ronzeau ont souligné que les épreuves du concours doivent évoluer de façon « très significative ».

Source : rapport de Monique RONZEAU et Bernard SAINT-GIRONS du 18 février 2019

La formation en alternance reste très importante 

Le concours pour devenir enseignant se déroule aujourd’hui en fin de première année du master MEEF. Brigitte Marin, présidente du réseau des écoles supérieures du professorat et de l’éducation (Espé), forme de futurs enseignants. Interrogée par le Figaro étudiant, elle juge cette réforme utile, car elle permet d’alléger le travail des étudiants qui doivent à la fois valider leur M1 et préparer le concours.

Cependant, la présidente des ESPE estime que l’alternance reste très importante dans la formation du futur enseignant. « Le métier d’enseignant ne peut s’apprendre qu’avec un lien très fort entre la pratique et l’apprentissage » explique-t-elle. « Le métier d’enseignant a beaucoup évolué depuis quelques années, et les apprentis enseignants en ont parfois une vision très datée. »

Brigitte Marin a également affirmé que les futurs professeurs doivent avoir la rigueur « que requièrent les méthodologies de la recherche », tout en adoptant « un regard critique sur leur façon d’enseigner, afin d’améliorer leurs pratiques professionnelles pour la réussite de tous les élèves. »

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.