Antisémitisme, loi pour l’école de la confiance : le point avec Jean-Michel Blanquer

Le ministre de l’Education nationale Jean-Michel Blanquer était l’invité de Marc Fauvelle ce matin sur FranceInfo. Il a évoqué l'alarmante hausse de l'antisémitisme en France, et est revenu sur la loi pour l’école de la confiance.

Capture d’écran

« Pour lutter contre l’antisémitisme, nous devons avoir plus d’élèves qui savent lire, écrire, compter, qui ont du sens logique et une culture générale solide » a affirmé ce matin sur FranceInfo Jean-Michel Blanquer, dans l’émission 8h30 Politique. Il atteste que les agressions à caractère antisémite ont augmenté de 74% en 2018, un chiffre jugé « alarmant« .

Lutter contre l’antisémitisme à l’école

Sur le sujet, le ministre renvoie à l’idée « archaïque du bouc émissaire« . Il condamne l’exacerbation des haines, et juge qu’un travail d’éducation est de rigueur pour empêcher au possible des actes antisémites. « Certains de nos élèves ne se rendent pas compte et répètent des choses et des slogans, car l’antisémitisme est un symptôme de ce qui ne va pas dans notre société » a-t-il expliqué.

Jean-Michel Blanquer rappelle que des outils sont mis à disposition des enseignants : le réseau Canopé propose un ensemble de ressources pédagogiques en ligne contre l’antisémitisme et la plateforme en ligne LICRA permet de signaler tout acte antisémite ou raciste. Le ministre rappelle aussi que des référents laïcité sont déployés à l’école et à l’université.

« Il faut faire le travail historique » affirme-t-il. « L’enseignement de la Shoah pose un problème car des élèves le contestent. Cela arrive encore que des élèves « se rebellent », mais c’est loin d’être la majorité des cas » tempère-t-il.

La loi pour l’école toujours en attente de vote à l’Assemblée nationale

Marc Fauvelle a également interrogé le ministre sur le projet de loi pour l’école de la confiance toujours débattu à l’Assemblée nationale. Cette loi comprend entre autres la scolarité obligatoire à l’âge de trois ans et l’instauration des drapeaux français et européen dans les salles de classes.

« Il est important pour les élèves de connaître les emblèmes du pays » a défendu Jean-Michel Blanquer, avant d’ajouter «On est un des seuls pays où le fait de bien connaître son hymne et d’avoir son drapeau dans une salle de classe fait débat. Puis les enfants doivent apprendre la Marseillaise ».

L’amendement « parent 1/parent 2 » dans les documents scolaires

Le ministre s’est également exprimé sur la reconnaissance de l’homoparentalité, amendement 834 du code de l’éducation relatif au rôle des parents, qui modifie les formulaires administratifs scolaires avec les nouvelles mentions « parent 1 » et « parent 2 ». « Il faudra retravailler sur ce point car chaque enfant doit se sentir bien à l’école quelle que soit sa structure familiale. »

Pour Jean-Michel Blanquer, les mentions « père et mère » ne doivent pas disparaître mais l’appellation « parent 1/parent 2 » pose un problème de hiérarchie entre les deux parents. « Il faut faire attention à ne pas faire des choses trop contre-productives » conclut-il.

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.