La mise en place du Service national universel se concrétise

Le Service national universel débutera d’ici juin 2019. 3000 jeunes de 16 ans seront appelés à rejoindre la formation selon Gabriel Attal, secrétaire d’Etat chargé de la Jeunesse.

Capture d’Ecran

Environ 3000 jeunes de 16 ans feront partie de la première promotion du Service national universel (SNU) dès juin 2019. Le dispositif, présenté comme l’une des promesses de campagne d’Emmanuel Macron, sera uniquement constitué de volontaires dans treize départements français. Gabriel Attal, secrétaire d’Etat chargé de la Jeunesse, a précisé au Figaro : « J’ai demandé aux préfets de cartographier la jeunesse de leur département pour que participent à la fois des jeunes scolarisés, des apprentis, des décrocheurs, des jeunes en situation de handicap… et que la cohorte de volontaires reflète bien la cohorte des jeunes de 16 ans sur le territoire. »

Treize centres SNU sur le territoire

Selon Le Point, un département par région française accueillera dans un centre les jeunes de 16 ans : les Ardennes, le Cher, la Creuse, l’Eure, la Guyane, les Hautes-Pyrénées, la Haute-Saône, la Loire-Atlantique, le Morbihan, le Puy-de-Dôme, le Val d’Oise et le Vaucluse. Ces jeunes seront envoyés dans les centres à partir de la deuxième moitié du mois de juin. Deux phases sont prévues pour le SNU, un mois obligatoire et une deuxième phase facultative d’une durée de trois à douze mois.

Durant les semaines de juin, les jeunes pourront être formés aux ateliers de premiers secours, à la protection de l’environnement ainsi qu’aux « valeurs de la République ». Des bilans de santé, d’orientation professionnelle et de maîtrise du français seront également proposés. D’autres ateliers, plus physiques, se dérouleront en extérieur : courses d’orientation, franchissements d’obstacles et parcours en forêt.

Mais le SNU ne fait pas l’unanimité.

Les syndicats vivement opposés au SNU

Les syndicats étudiants ont en effet vivement critiqué le service national universel. La FAGE, syndicat majoritaire, a notamment écrit sur son site internet :

Même si la FAGE partage les constats autour de la volonté de développement de la mixité sociale, d’épanouissement de la jeunesse à travers l’engagement ou encore de la réponse à la problématique d’accès aux droits, elle s’oppose à la philosophie défendue par le biais de ce service national. »

Enfin, d’après Le Monde, les syndicats étudiants s’interrogent sur le « caractère obligatoire » du SNU et également sur son coût. Le secrétaire d’Etat auprès de la Jeunesse explique que le caractère obligatoire de la formation sera décidé « dans le courant de l’année ». Pour ce qui est du coût, « il a été estimé à 1,7 milliard d’euros par an », même si le chiffre final n’a pas encore été révélé.

Partagez l'article

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.