APSES : « les projets de programme menacent l’identité même des sciences économiques et sociales »

L’APSES a publié une pétition pour la réécriture des projets de programmes de sciences économiques et sociales, qu'elle juge trop cloisonnés et théoriques.

Le ministère de l’Education nationale a publié il y a quelques semaines les projets de programmes scolaires de 2nde et 1ère générale et technologique. La vice-présidente de l’Association des professeurs des sciences économiques et sociales (APSES), Clarisse Guiraud, a publié hier une tribune dans Alternatives Economiques. Elle y dénonce, entre autres, l’approche trop théorique des SES adoptée dans ces nouveaux programmes.

Cours trop théoriques et techniques

« Il faudrait ainsi débuter l’année par un chapitre d’épistémologie visant d’emblée à définir l’économie, la sociologie et la science politique », déplore-t-elle. « Imaginerait-on débuter l’enseignement des sciences physiques, par exemple, par un cours purement théorique sur les méthodes et concepts scientifiques avant de s’intéresser aux phénomènes qu’ils permettent d’appréhender ? ».

Clarisse Guiraud estime en effet que pour retenir l’attention des élèves, il faut plutôt « commencer par présenter des résultats scientifiques pour, progressivement, s’interroger sur leurs méthodes d’élaboration ».

Elle critique également la technicité excessive des projets de programme, au détriment de l’élévation du niveau de culture générale des élèves, ainsi que leur cloisonnement disciplinaire, interdisant « de porter des regards pluridisciplinaires fructueux sur des thèmes comme le marché ou la monnaie ».

Pétition pour la réécriture des programmes

La vice-présidente de l’APSES rappelle que les sciences économiques et sociales ont été créées pour « donner aux lycéens les outils d’analyse pour comprendre les grands enjeux et débats qui traversent nos sociétés », objectif avec lequel les programmes de 2010 ont rompu et dont les nouveaux projets s’éloignent encore, menaçant « l’identité même des sciences économiques et sociales ».

Clarisse Guiraud plaide pour une réécriture de « ces projets de programme écrits dans la précipitation ». Elle a publié début novembre une pétition pour qu’ils soient revus, qui a déjà récolté plus de 3 800 signatures.

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.