Violences à l’école : les premières mesures du plan de JM Blanquer

Le ministre de l’Education nationale a dévoilé mercredi quelques pistes de son plan contre la violence dans les établissements scolaires.

enseignante

wavebreakmedia – Shutterstock

Jean-Michel Blanquer avait annoncé, fin octobre dernier, sa volonté de lancer un plan pour lutter contre les violences à l’école. Une décision prise quelques jours après les événements survenus au lycée Edouard Branly de Créteil, où un élève avait menacé une enseignante avec un pistolet factice pendant que des camarades filmaient la scène.

Si l’intégralité du plan ne sera rendue publique que d’ici le 15 décembre, le ministre de l’Education nationale en a dévoilé quelques mesures mercredi dernier.

Lancement d’une « enquête de victimation » auprès des enseignants

A l’occasion d’un point presse, Jean-Michel Blanquer a annoncé qu’une étude sur la victimisation des enseignants sera mise en place.

« Le professeur ne doit pas se sentir seul, il doit compter sur l’équipe, et il doit compter sur la direction, évidemment », a-t-il déclaré, cité par Europe 1.

« Nous allons mettre en place une enquête directe auprès des personnels, ce qu’on appelle parfois une enquête de victimation,[…] de façon à avoir une vision claire du vécu des professeurs dans notre système »

Le ministre a jugé important qu’il y ait « une réponse systématique de l’établissement à chaque rapport d’incident. C’est un droit du professeur à signaler, et un devoir de l’établissement d’apporter une réponse, a-t-il estimé. De nombreux établissements font cela, mais ce qui doit changer c’est que maintenant tous les établissements doivent le faire. C’est l’idée qu’il n’y a pas d’impunité dans notre système, et qu’il y a des réponses proportionnées à chacun des faits, petits, moyens ou grands, qui adviennent dans les établissements ».

Confiance en la parole des professeurs

Le ministre de l’Education nationale souhaite également redonner du poids à la parole des enseignants, qui l’emportera désormais sur celle des élèves. « A partir du moment où un adulte a vécu un problème, si il dit qu’il a été insulté, c’est qu’il a été insulté, il n’a pas de raison de dire autre chose que la réalité », a-t-il expliqué, cité par LCI.

Il espère obtenir l’adhésion des parents à cette mesure. « “Les élèves ont besoin qu’on leur impose la règle, c’est de la fausse bienveillance que d’être laxiste », a-t-il souligné.

Sanctions de responsabilisation et période probatoire

Le ministre envisage aussi de développer des « sanctions de responsabilisation » pour les élèves, comme repeindre un mur tagué, par exemple.

Il mettra également en place, pour chaque élève exclu, une « période probatoire » d’un mois maximum, durant laquelle l’élève devra faire un point quotidien avec le CPE sur son attitude et sa bonne réintégration au sein de l’établissement.

3 commentaires sur "Violences à l’école : les premières mesures du plan de JM Blanquer"

  1. Jacko  9 novembre 2018 à 16 h 16 min

    Une fois de plus la montagne accouche d’une souris….De grands mots mais pas de réponses concrètes immédiates, les enseignants vont certainement apprécier !Signaler un abus

    Répondre
  2. Tac  11 novembre 2018 à 18 h 25 min

    C’est l’enquête de « victimation » qui me gêne : un prof insulté, menacé, soit être protégé coûte que coûte !!!!
    Je serai l’enseignant menacé, je porterai plainte pour menace de mort.
    Que le gamin soit majeur ou mineur, à l’âge du collège et du lycée, il doit avoir conscience de ses actes. C’est à ses parents de s’en mordre les doigts, pas à la société !
    Je n’ai pas pondu de gamins pareils :mon argent et ma parole n’ont pas à abonder dans le sens de ces scélérats !Signaler un abus

    Répondre
  3. Renault Elie  14 novembre 2018 à 11 h 55 min

    Bizarrement, on ne dit jamais que ce sont les LP, lycées professionnels, qui concentrent l’écrasante majorité des violences. 95% des cas ont place dans les LP, un peu dans les collèges. pourquoi ce manque de clarté dans le discours officiel ?Signaler un abus

    Répondre

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.