Report du plan contre les violences à l’école

Le plan du gouvernement pour lutter contre les violences scolaires devait être présenté mardi 30 octobre en conseil des ministres. Il sera finalement dévoilé "dans quelques jours ou dans quelques semaines".

Suite à l’agression d’une enseignante braquée par un élève au lycée Edouard Branly de Créteil, Emmanuel Macron avait promis de nouvelles mesures pour lutter contre la violence dans les établissements scolaires. Les ministres de l’Éducation nationale Jean-Michel Blanquer, de la justice Nicole Belloubet et de l’Intérieur Christophe Castaner avaient alors annoncé les grandes lignes de ce plan sécuritaire. Il prévoit, entre autres, la simplification des conseils de discipline et la présence des forces de l’ordre au sein des établissements. Les différentes mesures devaient être présentées mardi 30 octobre en conseil des ministres. Sur RTL, le ministre de l’Intérieur a indiqué qu’elles seront finalement dévoilées « dans quelques jours ou dans quelques semaines ».

« Il faut trouver des formules durables »

« Il est normal que nous travaillions avec différents ministères, la police, la justice, mais aussi les affaires sociales, pour arriver à trouver des formules durables, et non pas simplement réagir aux événements », explique Jean-Michel Blanquer, au même moment sur LCI.
Le ministre de l’Education nationale distingue « ce qui se passe dans la classe », « la question de la sécurité dans l’établissement », et « ce qu’il se passe aux abords de l’établissement ». Pour les deux premiers axes « qui relèvent strictement de l’Education nationale, « nous sommes prêts », assure-t-il, les mesures « sont déjà sur la table. » Le dernier axe, « beaucoup plus interministériel », appelle « de vraies politiques publiques approfondies qui nécessitent un peu plus de temps », confie-t-il.

Par ailleurs, Jean-Michel Blanquer rappelle que « dès la semaine prochaine tout signalement fait par un professeur aura un suivi qui devra permettre d’arriver à une sanction proportionnée ». Un registre sera prévu à cet effet. « Nous aurons ainsi une vision claire du climat scolaire », ajoute-t-il.

De son côté, le ministre de l’Intérieur est revenu sur la possible présence des forces de l’ordre dans les établissements scolaires. « Il ne s’agit pas de mettre des policiers dans les écoles en permanence », souligne-t-il, proposant ainsi des échanges plus réguliers entre les policiers et la communauté éducative. Pour sa part, Nicole Belloubet, garde des Sceaux, a martelé que « les établissements scolaires doivent rester des lieux de savoir. L’école n’est pas une maison de redressement. »

Source(s) :
  • Avec AEF, BFMTV.com

2 commentaires sur "Report du plan contre les violences à l’école"

  1. leprofmotivé  1 novembre 2018 à 15 h 32 min

    Tout cela restera superficiel… utile pour certains établissements ghettos (et tant mieux) mais quoi pour les autres ? Rien.
    Il faudrait changer les règlements, le code de l’éducation dont personne ne parle.
    Par exemple:
    – l’impossibilité de fouiller un sac d’élève,
    – l’interdiction des TIG sans l’accord des parents,
    – l’impossibilité de confisquer des éléments, comme le portable ou des ciseaux etc,
    – l’interdiction de mettre un avertissement sur les bulletins, ils doivent rester des feuilles volantes bien inutiles,
    – la difficulté de mettre en place des retenues les mercredis après-midi (déjà testé et pourtant très efficaces mais très dures à mettre en place),
    – des sanctions qui doivent être éducatives ou bienveillantes etc.
    – des absences perlés jamais sanctionnées,
    – des signalement « enfance en danger  » qui restent sans réponse pendant des mois et des mois… par fait de réglementation et d’effectifs dans ces services…
    – des commissions éducatives sans pouvoir, juste pour afficher une réunion, de plus…

    Au bilan, après 13 ans d’enseignement, je constate la faiblesse de l’Etat.

    Tout cela permet à des élèves perturbateurs de ralentir égoïstement les élèves plus faibles et motivés qui ont du mal à s’en sortir à cause de réglementations « bienveillantes » toujours « positives » !

    Dans mon nouveau collège avec 16% de boursier, il n’y pas de problème ou si peu ! L’immense majorité des élèves travaillent et ceux qui ne veulent pas sont en infime minorité… et sont sanctionnés malgré les règlements !

    Mais ailleurs, quand vous avez 50 ou 90 % de boursier, sans des règles strictes et tournées vers les élèves motivées pour leur permettre de progresser, ils sont ralentis et progressent moins vite que dans les collèges privés ou publics où il n’y a pas de mixité…

    C’est triste cette communication qui fait « pshiiit ».Signaler un abus

    Répondre
  2. jJACKO51  2 novembre 2018 à 14 h 23 min

    Comme quoi des paroles aux actes Mr Blanquer constate que ce n’est pas si évident…..Mais soyons rassurés il va encore nous sortir une solution miracle lors d’une annonce hebdomadaire dont il a le secret.Signaler un abus

    Répondre

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.