J-M Blanquer juge « discutable » de limiter le dédoublement aux seuls établissements REP+

Le ministre de l’Education nationale a réagi au rapport de la Cour des comptes, publié mercredi, sur l’éducation prioritaire.

classe primaire

© Syda Productions – Fotolia

La Cour des comptes a publié, mercredi 17 octobre, un rapport sur la politique d’éducation prioritaire. L’instance estime que le dispositif ne remplit pas ses objectifs, malgré les 1,6 milliard d’euros investis en 2017. Elle dresse donc un « bilan décevant » et suggère de rendre la politique d’éducation prioritaire plus vigoureuse.

A la lecture de ce rapport, le ministère de l’Education nationale a exprimé son « intérêt » pour plusieurs recommandations de la Cour des comptes telles que le ciblage des moyens sur le premier degré, la possibilité pour les personnels d’exercer plusieurs années en éducation prioritaire ou encore la constitution « d’établissements publics de réseau », regroupant collèges et écoles d’un même secteur.

Dédoublement des classes : en REP aussi

Il note néanmoins un point « discutable » lorsque la Cour des comptes recommande de limiter le dédoublement des classes aux seuls établissements REP +. Dans son rapport, elle affirme qu’une réduction des effectifs en CP/CE1 « dans les écoles qui concentrent, mais de manière moins accusée, les difficultés sociales et scolaires ne paraît pas toujours justifiée ». Pour l’instance, les raisons de « l’échec relatif » de la politique d’éducation prioritaire sont liées, en particulier, à une « trop faible mobilisation et intensité et à un défaut de ciblage ».

En réponse, Jean-Michel Blanquer estime que « les élèves scolarisés en REP ont une maîtrise encore nettement insuffisante des compétences du socle commun à l’entrée en 6e ». Pour lui, le fossé n’est pas énorme : en 2015-2016, 72 % des élèves en REP maîtrisaient la compétence 1 (langue française), contre 60 % en REP+, indique-t-il.

Enfin, autre point qui a retenu l’attention du ministre : l’affectation des profs en éducation prioritaire. La Cour recommande « deux ans d’ancienneté minimum pour les enseignants qui travaillent dans ces zones ». Pour Jean-Michel Blanquer, cette proposition rencontrera « des limites fortes de faisabilité dans les académies ayant une importante proportion d’établissements en éducation prioritaire ».

Source(s) :
  • AEF

1 commentaire sur "J-M Blanquer juge « discutable » de limiter le dédoublement aux seuls établissements REP+"

  1. Charline  19 octobre 2018 à 15 h 37 min

    Je ne comprends pas qu’il ne soit question que des REP+ et REP! Il y a beaucoup d’école rurales, ou d’autres écoles semi urbaines dans lesquelles sont scolarisés des élèves en grande difficulté. Dans le rural, les moyens sont inexistants, les élèves font partie des oubliés, les enseignants donnent énormément de leur temps et font face à des difficultés que ne connaissent pas les REP :
    – pas d’infrastructures
    – pas d’accès aux médiathèques
    – pas d’accès à la culture
    – aucun possibilité d’aide extérieur (pas d’orthophoniste, de psychologue dans les milieux ruraux)

    Pourquoi tous les moyens sont-ils concentrés dans les REP+ et REP? Est ce électoraliste? La difficulté est pire encore dans le milieu rural, et pourtant, les élèves et les enseignants ne bénéficient d’aucune aide. C’est scandaleux!Signaler un abus

    Répondre

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.