Rendez-vous de l’Histoire de Blois : « Athena, déesse poliade, est l’idéogramme de l’Athènes classique »

Lors des Rendez-vous de l'Histoire de Blois, une table ronde sur les images de la démocratie athénienne de l'âge classique aura lieu, destinée aux enseignants. François Lissarague, directeur d'études à l'EHESS, y participera et nous en dit plus.

Pouvez-vous vous présenter et nous présenter votre domaine de spécialité ?

Je suis directeur d’études à l’Ecole des Hautes études en sciences sociales (c’est un peu pompeux, cela veut dire professeur dans un établissement de recherche et d’enseignement limité au 3e cycle (master et doctorat). J’ai une formation en Lettres classiques et me suis spécialisé dans l’étude des images en Grèce ancienne, en particulier la céramique attique (près de 80.000 vases sont conservés, une mine!). Je les étudie non pas du point de vue de l’histoire de l’art, mais dans une perspective anthropologique, pour analyser le discours grec sur la vie sociale et religieuse en particulier, ce qu’on appelle l’histoire culturelle.

Le thème de cette année est « La puissance des images ». Pourquoi, dans le cadre d’une rencontre scolaire, choisir le sujet « « Image(s) de la démocratie Athénienne à l’époque classique » ?

Le choix du sujet ne m’appartient pas, mais il est pertinent de s’interroger sur la puissance des images dans la démocratie athénienne, car cela ouvre sur une analyse des contextes (chronologique et topographique) dans lesquels se situent ces images. L’idéologie de la cité démocratique passe par des discours oraux, bien sûr, mais également visuels.

Pouvez-vous nous donner un ou deux exemples emblématiques de telles images ?

Deux exemples éclairent cette perspective. En premier lieu, le cas des dieux et des héros de l’Athènes classique. Athéna est la déesse ‘poliade’, patronne de la cité à laquelle elle donne son nom. Elle figure sur les monnaies, au fronton du Parthénon (naissance et lutte avec Poséidon) ainsi que sur l’Acropole, sous la forme d’une Athéna combattante (promachos). Cette image, dans ses diverses déclinaisons, est le signe – presque l’idéogramme – de l’Athènes classique. Second exemple (magistralement étudié par Vincent Azoulay) : la statue des tyrannicides Harmodios et Aristogiton, deux Athéniens qui, en 514 av. notre ère, ont exécuté lors de la fête d’Athéna, en pleine procession, Hipparque le frère du tyran Hippias, et auxquels la cité dresse une statue qui devient le symbole de la liberté démocratique.

 

Les Rendez-vous de l’Histoire de Blois auront lieu du 10 au 14 octobre 2018. Le thème de cette année est « Puissance des images ». François Lissarague participera à la table ronde Image(s) de la démocratie Athénienne à l’époque classique vendredi 12 octobre de 10h à 11h, dans le cadre d’une rencontre pour les enseignants.

 

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.