Rentrée 2018 : qu’est-ce qui va changer dans les établissements scolaires ?

Jean-Michel Blanquer a présenté ce mercredi lors d’une conférence de presse les nouveautés de la rentrée scolaire 2018.

les nouveautés de la rentrée 2018

Conférence de rentrée 2018 – Source : chaîne Youtube Education France

Le 3 septembre prochain, 12 402 900 écoliers, collégiens et lycéens reprendront le chemin de l’école pour une nouvelle année scolaire. Quelles sont les particularités de cette rentrée 2018 ? Le ministre de l’Education nationale Jean-Michel Blanquer les a présentées lors de sa conférence de rentrée mercredi.

Poursuite du dédoublement des classes de CP et CE1

A la rentrée 2017, environ 2 500 classes de CP en REP+ ont été dédoublées, c’est-à-dire que les effectifs ont été réduits à 12 élèves par enseignant. Le ministre souhaite étendre cette année le dispositif à 3 200 classes de CP en REP et 1 500 classes de CE1 en REP+.

Cette mesure avait reçu un accueil assez mitigé de la part des syndicats, qui approuvaient la réduction des effectifs dans les établissements défavorisés, mais dénonçaient les difficultés logistiques de sa mise en place.

Nouveaux programmes des cycles 2, 3 et 4

Les programmes de français et maths ont été modifiés par le CSP pour la rentrée 2018. La dictée quotidienne sera pratiquée en CP, et l’emploi de la méthode syllabique « réaffirmé ». Dans les programmes du cycle 3 figureront les notions de « COD, COI, compléments circonstanciels (temps, lieu, cause) » pour remplacer le prédicat, qui avait suscité de nombreux débats chez les enseignants l’année dernière.

En maths, les quatre opérations seront étudiées dès le début du cycle 2, en classe de CP. Les élèves devront également « s’exercer quotidiennement au calcul mental tout au long de la scolarité élémentaire ».

Des évaluations en CP, CE1, 6e et 2nde

En CP, deux évaluations en français et en mathématiques sont prévues : une dans la première quinzaine de septembre et une en février. Ces évaluations se présenteront sous la forme de deux séquences de 20 minutes en français et une séquence de 20 minutes en maths. « En français, elles portent sur l’agilité des enfants à manipuler les sons », et « en mathématiques, les élèves sont interrogés sur leur connaissance des nombres jusqu’à dix », indique le ministère. Les résultats individuels des élèves « seront disponibles au seul niveau de l’école ».

En début de CE1, les élèves passeront à nouveau « dans le courant du mois de septembre » des évaluations nationales en français (2 séances de 20 minutes) et en maths (1 séance de 30 minutes). En français, l’évaluation portera « sur la capacité à décoder rapidement les mots, lire à voix haute avec fluidité, comprendre un texte simple, orthographier les mots les plus fréquents », et en mathématiques, « sur l’utilisation des nombres entiers supérieurs à dix ». Ces évaluations devront permettre à l’enseignant de « disposer pour chaque élève de points de repères fiables afin d’organiser son action pédagogique en conséquence ». Là encore, les résultats individuels des élèves ne seront consultables qu’au niveau de l’école.

En début de 6e, au mois d’octobre, les élèves seront à nouveau évalués en français (une séance d’une heure) et en mathématiques (une séance d’une heure). L’évaluation se fera sur une plate-forme en ligne, et les élèves auront un retour individuel afin d’être dirigés, en cas de difficultés, vers le dispositif Devoirs faits.

Enfin, un test de positionnement aura lieu en début de 2nde, au mois de septembre. La passation aura lieu sur une plate-forme en ligne, sous forme de deux séquences de 50 minutes : une en français et une en mathématiques.

L’interdiction du téléphone portable dans les établissements scolaires

Adopté par le Parlement le 30 juillet, le texte sur l’interdiction du téléphone portable à l’école et au collège va entrer en vigueur à la rentrée prochaine. Il prévoit l’interdiction de « l’utilisation du téléphone portable et de tout autre équipement terminal de communications électroniques » dans l’enceinte des écoles et collèges.

Cependant, la loi prévoit une exception pour les élèves en situation de handicap, ou atteints de troubles de santé, qui « conservent l’autorisation d’utiliser des dispositifs médicaux associés à un équipement de communication » (tels les appareils permettant aux diabétiques de contrôler leur taux de glycémie). Les établissements pourront également autoriser l’utilisation des téléphones portables dans leur enceinte s’ils précisent dans le règlement intérieur les circonstances d’utilisation (usages pédagogiques par exemple).

Les modalités pratiques d’application devront être assurées par les établissements, ce qui avait fait grincer des dents les syndicats.

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.