REP+ : des élèves « en retard » malgré un meilleur encadrement

La Depp publie un état des lieux de l'éducation prioritaire. Les collégiens de REP/REP + demeureraient "fragiles scolairement" - malgré des moyens plus favorables.

Dans sa dernière note d’information, la DEPP (département d’études statistiques de l’Education nationale) publie un « état des lieux » de l’éducation prioritaire (EP).

Dans le document, l’organisme rappelle avant toute chose qu’il ne s’agit « pas d’une évaluation » de l’EP, mais que cette étude « vise à faire un point » dessus, « aussi complet que possible » – puisque  le dispositif REP+ n’est entré en application qu’à la rentrée 2015.

Des élèves défavorisés socialement et des profs jeunes

Premier constat : près de trois collégiens de REP+ sur quatre sont « très défavorisés socialement ». À la rentrée 2017, l’éducation prioritaire regroupe 6700 écoles, ainsi que 1097 collèges publics, dont 365 en réseaux d’éducation prioritaire renforcés (REP+). (1) Or, selon la Depp, « 9 collèges sur 10  en REP+ accueillent plus de 60 % d’élèves d’origine sociale défavorisée », contre « seulement 6 % des collèges hors EP ».

« En moyenne, les collégiens des REP et REP+ sont très majoritairement d’origine sociale défavorisée : 75 % d’entre eux ont des parents ouvriers ou inactifs, contre 39 % dans les établissements hors EP », peut-on encore lire dans la note d’information.

Par ailleurs,  les enseignants qui exercent en éducation prioritaire sont « en moyenne jeunes », avec peu d’ancienneté dans le même collège – ce qui « met en évidence leur taux de rotation » dans les établissements. Selon la Depp, en 2016-2017, 45 % des professeurs enseignent en EP depuis deux ans ou moins, contre 33 % pour les autres collèges publics. « Les enseignants y sont par ailleurs plus jeunes que leurs homologues des autres établissements publics : 38 % des professeurs de collège en REP+ ont 35 ans ou moins ; cette part est de 36 % en REP et de 22 % hors EP », indique l’étude.

Les 3e Médias préparent une "Journée du Direct" : ils couvrent l'actu du jour sur Twitter.

Des collégiens fragiles et « en retard »

Deuxième constat : les collégiens en REP+ sont « plus fragiles » scolairement. « Près d’un élève sur cinq est en retard à l’entrée en 6e » – la maîtrise par les adolescents d’EP des compétences du socle commun de connaissances et de compétences étant « moins solide », selon la Depp.

Les élèves en EP redoublent  plus fréquemment : en 2017-2018, le taux de retard à l’entrée en 6e était ainsi de 16,8 % en REP+ et de 13 % en REP, contre 7,4 % hors EP. « Toutefois, l’éducation prioritaire ne concentre qu’une minorité des élèves en retard : 13,3 % des élèves de 6e en retard sont scolarisés en REP+ et 19,5 % en REP. Près de 7 élèves en retard sur 10 sont ainsi scolarisés hors EP », relativise l’étude.

En outre, la Depp constate que les collégiens des REP+ « réussissent moins bien » le diplôme national du brevet (DNB) : ainsi, « seuls trois quarts des collégiens de REP+ » le réussissent,  contre près de 9 élèves sur 10 dans les collèges publics hors EP.

Selon l’étude, les élèves de REP+ passent aussi « moins souvent » en seconde générale et technologique (GT). Ainsi, « ils se retrouvent plus souvent en seconde professionnelle et en CAP », avec un taux d’accès de la 3e vers la seconde pro de 31 % pour les collégiens de REP+, contre 21 % hors éducation prioritaire. « De même, 8 % des collégiens en EP poursuivent leur scolarité vers un CAP contre 3 % pour les autres élèves. Les élèves en REP+ se retrouvent bien moins souvent en seconde GT », écrit la Depp.

Un taux d’encadrement au collège « plus favorable » en EP

Le dernier constat concerne les moyens de l’éducation prioritaire. En 2017-2018, le taux d’encadrement au collège (nombre d’élèves divisé par nombre de classes) est ainsi « plus favorable en EP » – à savoir de 21,1 dans les REP+, de 22,2 dans les REP et de 25,1 dans les autres collèges publics.

Concernant les enseignements en groupes, le « nombre moyen d’élèves par structure pédagogique », autrement dit le nombre d’élèves dont un enseignant a la charge pendant une heure de classe, est « plus favorable » dans les REP+ (20,8) et dans les REP (21,5) que « dans les collèges publics ne relevant pas de l’éducation prioritaire » (23,9).

Enfin, selon la Depp, la situation est « similaire » en primaire, avec un taux d’encadrement « un peu meilleur » dans les écoles de l’éducation prioritaire (20,6 en REP+ et 22,3 en REP, contre 23,8 pour les écoles hors EP).

« Ces taux d’encadrement n’incluent pas les enseignants relevant du dispositif Plus de maîtres que de classes. De tels écarts entre les écoles de l’éducation prioritaire et les autres sont structurels. Ils ont été augmentés avec la mise en place des CP dédoublés en REP+ : 95 % des classes de CP en REP+ sont des classes uniques et 89 % d’entre elles comptent 15 élèves ou moins », conclut l’étude.

2 commentaires sur "REP+ : des élèves « en retard » malgré un meilleur encadrement"

  1. Jean  26 février 2018 à 9 h 28 min

    Parce que les pédagogies socio-constructivismes mises en place ne sont pas efficaces…Signaler un abus

    Répondre
    • mel  14 octobre 2018 à 13 h 04 min

      Bonjour Jean,
      Et quelle type de pédagogie alternative vous imagineriez pour inverser cette situation ?Signaler un abus

      Répondre

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.