Les enseignants écrivent au Père Noël

Des classes à effectif réduit, la suppression du jour de carence, du matériel performant… Découvrez ce que les enseignants aimeraient trouver cette année sous leur sapin !

© k2photostudio

© k2photostudio

Sandrine, enseignante de sciences et techniques sanitaires et sociales en lycée dans l’académie d’Amiens :

« Cher Père Noël,
Je souhaite pour cette nouvelle année 2018, une super connexion wifi dans ma salle de classe ainsi que des tablettes pour tous les collègues qui t’en font la demande. Pourquoi pas, si tu as encore un peu de place, quelques tables modulaires de jolie couleur orange et verte. Et enfin, si je n’abuse pas, aurais-tu aussi la possibilité de faire en sorte que mes journées fassent 34 heures : j’ai tellement de choses à mettre en œuvre ! Merci cher Père Noël. »

Je voudrais une école où il fait bon vivre

Aurore, professeure des écoles en REP dans l’académie de Nantes :

« Pour Noël, je voudrais une école de la bienveillance. Une école qui ne casse pas, mais une école qui écoute, soutient et accompagne. Une école qui prend en compte la diversité, une école qui rassemble et met en lien. Une école qui permet à chacun de se construire dans le respect de ce qu’il ou elle est. Une école riche de ceux qui la font vivre, une école dans son temps, moderne et chaleureuse. Une école qui questionne, une école qui passionne et qui se remet en question sans renier ses grands principes ni ses valeurs fondamentales. Une école ambitieuse et exigeante. Une école au cœur de la société, y tenant toute sa place en y prenant une part active et positive. Une école où il fait bon vivre, où chacun, élèves, parents, enseignants, a envie de se retrouver et où le savoir ainsi que le savoir-faire sont des richesses à partager. Une école optimiste et résolument tournée vers les autres et vers l’avenir. »

J’aimerais retourner dans ma région natale, près des miens

Julien, enseignant de technologie en collège dans l’académie de Créteil :

© ZoomTeam

© ZoomTeam

« Cher Papa Noël,
Cette année, j’ai été bien sage, j’ai bien travaillé et n’ai pas été trop absent (seulement 3 jours pour une méchante grippe). J’ai continué à appliquer les nouveaux programmes du mieux que j’ai pu malgré le peu de moyens financiers pour les mettre en place et ai encore mis tout mon cœur pour aider et former du mieux que je pouvais mes élèves.

Pour Noël, je voudrais :

  • Du matériel pédagogique (tout plein, car vu tout ce que l’on me demande de faire avec les élèves, il n’y en aura jamais assez)
  • Des ordinateurs qui fonctionnent ainsi que la fibre ;
  • Des classes à effectif réduit, au moins de temps en temps, car faire manipuler les élèves ou les initier à la programmation avec 10 ordinateurs pour 30 élèves (plus ou moins agités), ça relève de mission impossible…
  • Une plus grande cohérence dans les programmes et injonctions de notre institution, en adéquation avec la réalité du terrain et avec ce que doivent être les finalités de notre enseignement pour préparer au mieux nos élèves au monde de demain ;
  • Une formation disciplinaire digne de ce nom et non pas des stages où les formateurs sont autant dans la déshérence que ceux qu’ils sont censés former ;
  • Une véritable revalorisation et considération pour notre discipline, ainsi que pour les voies technologique et professionnelle. C’est vrai que cela fait plus de 10 ans que je le demande, mais je réessaye quand même !
  • Le rétablissement de l’heure de laboratoire, qu’on nous a injustement supprimée alors que mes petits camarades de sciences physiques et SVT l’ont, eux, conservée ;
  • De plus, cher Papa Noël, je souhaiterais la suppression du jour de carence. Je ne suis pas souvent absent et je trouve cela injuste que l’on me supprime une journée de salaire parce que je suis malade, surtout que souvent ce sont mes élèves qui me contaminent ;
  • Je voudrais bien aussi enfin avoir ma mutation en province… Tu sais cher Père Noël, vers ma région natale, près des miens, celle que j’ai quittée en pensant que je partais juste pour quelques années. Depuis, je demande chaque année sans relâche à repartir de mon académie d’affectation, sans succès ;
  • Enfin, si tu pouvais glisser dans mon petit soulier une augmentation de salaire pour que je puisse avoir un peu l’impression que mon investissement et mon travail soient reconnus, ce serait super !

Cher Père Noël, je sais que tu as beaucoup de travail mais j’espère de tout cœur que tu pourras m’apporter tous ces jolis cadeaux, ce serait vraiment mieux pour tous nos élèves. Enfin, cela améliorerait aussi grandement mes conditions de travail, et éviterait très certainement nombre de dépressions, burn-out ou suicides chez les collègues… Mille merci, ton professeur de technologie préféré ! »

Tatiana, enseignante de français en collège REP+ dans l’académie de Lille :

© sigitas1975

© sigitas1975

« Cher Père Noël,
J’aimerais que mes élèves de 5e aient toujours ces étoiles dans les yeux quand je leur lis ou raconte des histoires. J’aimerais aussi qu’il y ait davantage de places dans les ITEP. La durée d’attente est parfois longue pour les enfants et leur famille. Rester dans un établissement classique n’est pas évident pour tout le monde. Je souhaiterais également que mes élèves aient plus confiance en eux et soient plus autonomes. Que ceux en classe de 3e trouvent leur voie et s’accrochent. En ce qui me concerne, j’aimerais que tu m’aides à gérer mon stress. Tu dois savoir que je me lance dans de nombreuses missions et j’ai parfois des difficultés à rester zen car je suis trop perfectionniste.

Prends bien soin de toi et n’oublie pas de te couvrir cet hiver.

PS : Je n’ai pas de cheminée. J’espère que tu arriveras à me transmettre mes cadeaux. »

Je souhaite que nous sauvions l’éducation pour tous !

Aurélien, professeur de mathématiques en lycée à Rouen :

« Cher Père Noël,
J’espère que tu vas bien déjà, car je ne sais pas si on te le demande souvent. Pour ma part, je voudrais te demander de faire en sorte que l’éducation puisse continuer à être nationale et non vendue à la loi du marché ; je m’inquiète de la montée des différentes offres de l’éducation qui connaissent un écho grandissant parce que notre vieux mammouth se fait encore plus vieux. Il faut que l’on puisse s’adapter sans tomber dans l’outrance numérique, pédago-démagogique qu’on nous a vanté comme étant la voie. J’aimerais que tout se fasse dans la modération. Mais surtout que nous sauvions l’éducation pour tous et que l’on s’ouvre également vers une éducation populaire, qui devrait être un versant à part entière de l’éducation nationale. »

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.