Le maire (LR) de Nice Christian Estrosi a demandé à revenir dès septembre à la semaine de quatre jours par semaine dans les écoles, enterrant l’organisation issue de la réformes des rythmes scolaires, dans un courrier au ministre de l’Éducation nationale.

La ville souhaite revenir à quatre journées pleines en classe, et le mercredi libre.

« La complémentarité entre le tissu associatif local et les centres de loisirs de la ville permettront une organisation optimale et immédiate » pour les écoliers dès la rentrée le 4 septembre, affirme M. Estrosi dans sa lettre à Jean-Michel Blanquer, consultée jeudi par l’AFP.

Le nouveau ministre de l’Éducation nationale a rouvert le dossier sensible des rythmes scolaires, en donnant la possibilité aux communes de revenir à la semaine de quatre jours dans les écoles dès la rentrée prochaine. Réforme majeure du quinquennat Hollande, l’aménagement des rythmes devait favoriser les apprentissages en allégeant les journées de classe.

A Nice, le maire estime au contraire que la réforme des rythmes avait fatigué davantage les enfants et « bouleversé le tissu associatif local ». 71% des conseils d’école de la ville, appelés à se prononcer sur la question se sont prononcés en faveur d’un retour à la semaine de quatre jours, souligne le maire.

L’académie de Nice, qui doit donner son feu vert à un retour à la semaine de quatre jours, n’y est « pas opposée », ajoute-t-il.