Sélectionner une page

Lycéen blessé: peine alourdie en appel pour un policier, mais interdiction professionnelle supprimée

La cour d’appel de Paris a alourdi mardi la peine d’un policier qui avait blessé un lycéen en 2010 avec son lanceur de balles de défense (LBD) et avait menti sur procès-verbal, mais a supprimé l’interdiction professionnelle prononcée en première instance. Jean-Yves Césaire, absent, a été condamné à dix-huit mois de prison avec sursis, contre […]

Lycéen blessé: peine alourdie en appel pour un policier, mais interdiction professionnelle supprimée

La cour d’appel de Paris a alourdi mardi la peine d’un policier qui avait blessé un lycéen en 2010 avec son lanceur de balles de défense (LBD) et avait menti sur procès-verbal, mais a supprimé l’interdiction professionnelle prononcée en première instance.

Jean-Yves Césaire, absent, a été condamné à dix-huit mois de prison avec sursis, contre douze mois après son premier procès en avril 2015, pour « violences aggravées » et « faux et usage de faux ».

Il lui est interdit en outre de porter un LBD pendant trois ans (deux ans en première instance).

La cour d’appel a toutefois supprimé l’interdiction d’exercer pendant un an qui avait été décidée par le tribunal.

Geoffrey Tidjani, 16 ans à l’époque, a souffert de multiples fractures au visage et a subi plusieurs interventions chirurgicales pour sauver son oeil, après avoir été touché à l’occasion d’une manifestation devant un lycée de Montreuil (Seine-Saint-Denis).

Jean-Yves Césaire avait rédigé un procès-verbal présentant sa victime comme un « caillasseur », ce qu’a démenti une vidéo.

La famille du jeune homme, qui n’était pas présent à la lecture de l’arrêt de la cour d’appel, n’a pas caché sa déception après la suppression de l’interdiction d’exercer.

« Pour Geoffrey, c’était l’essentiel, c’était la vraie sanction. Augmenter un sursis, certes ce n’est pas rien, mais au final, ce sont des idées, c’est du vent », a déploré sa mère.

« Pour nous, ce n’est pas fini, mon fils est bousillé », a-t-elle dit, décrivant un jeune homme encore marqué psychologiquement et peinant à trouver une orientation professionnelle.

« Je ne peux pas accepter ce jugement qui dit qu’un policier peut continuer à travailler après avoir été condamné pour faux. Je ne l’accepterai jamais », a déclaré pour sa part le père de Geoffroy.

Le LBD 40 est l’un des deux modèles de lanceurs de balles de caoutchouc de la police, l’autre étant le Flash-Ball.

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire – VousNousIls.fr 1 bis rue Jean Wiener – Champs-sur-Marne 77447 Marne-la-Vallée Cedex 2.

E-books gratuits

160 e-books à télécharger gratuitment

Newsletter

Dernier Reportage

Chargement...