L’enquête ouverte après la fusillade qui a fait plusieurs blessés dans un lycée de Grasse, jeudi à la mi-journée, ne s’oriente « pas du tout » sur la voie du terrorisme, a déclaré à l’AFP le président LR de la région Paca, Christian Estrosi.

Le proviseur et deux élèves ont été légèrement blessés au cours de cette fusillade, a précisé M. Estrosi, ajoutant qu’un troisième élève a été « très commotionné ».

Un suspect, élève de l’établissement, a été interpellé après les faits, selon des sources proches de l’enquête.

« De prime abord, nous pouvons écarter la piste de l’attentat qui avait été évoquée », a poursuivi M. Estrosi, qui s’est rendu sur place après la fusillade. « On est plutôt sur quelqu’un qui semble avoir des problèmes psychologiques. » « En tout cas, au moment où on commence à y voir un peu plus clair, on n’est pas du tout sur la voie » du terrorisme, a-t-il ajouté.

Le président de la région Paca a par ailleurs précisé que, vers 14H00, tous les parents des enfants blessés dans la fusillade avaient été prévenus. « Les parents non prévenus peuvent considérer que leur enfant est à l’abri », a-t-il dit.