RASED : un impact négatif sur les élèves (étude)

Les Réseaux d'aide spécialisée aux élèves en difficulté (RASED) auraient un impact négatif sur les apprentissages des élèves, selon une étude de l'Iredu.

Fotolia / © Zlatan Durakovic

Fotolia / © Zlatan Durakovic

Créés pour répondre aux difficultés d’apprentissage et d’ »adaptation aux exigences scolaires » de certains élèves en primaire, les RASED ne rempliraient pas cette mission, selon une étude de l’Iredu, présentée fin janvier, et citée par l’AEF. Ce serait même le contraire : d’après Claire Bonnard, Céline Sauvageot et Jean-François Giret, les auteurs de l’étude, les RASED auraient un impact négatif sur certains apprentissages.

Un impact négatif « surtout auprès des moins faibles »

Pour en arriver à ces conclusions, les auteurs de l’étude ont évalué le niveau de 9 000 élèves du CP à la 5e, selon 3 critères : leurs « compétences sociales », leurs résultats à l’évaluation de CP, et leur maîtrise du langage. Ils ont ainsi pu constater que chez les élèves présentant des « caractéristiques comparables », ceux passés par les RASED redoublaient davantage que les autres.

En effet, si les élèves issus de RASED présentent une progression similaire aux autres en français, en mathématiques, l’impact des RASED « est fortement négatif, surtout auprès des moins faibles ».

Favoriser les aides « au sein de la classe »

Pour les auteurs de l’étude, le fait de regrouper des élèves « de faible niveau » pourrait créer un environnement pédagogique moins favorable, « avec des enseignants moins exigeants, des interactions entre élèves moins riches », dont pâtiraient les élèves les moins en difficulté. Ils pointent également du doigt les répercussions négatives « sur l’estime de soi » et la « stigmatisation » vis-à-vis des enseignants que pourraient provoquer le dispositif. De plus, soulignent-ils, « le fait de sortir l’élève de la classe […] ne fait-il pas perdre des apprentissages à l’élève qui ne les compense pas ? ».

Pour contrer ces effets négatifs, les auteurs proposent, entre autres, de « favoriser les aides au sein même de la classe« , en s’inspirant par exemple de la literacy hour britannique.

Déjà inquiétés par le peu de créations de postes et, plus récemment, par le projet de réforme de la formation des enseignants spécialisés, les RASED risquent d’être, une fois de plus, mis à mal par les résultats de cette étude.

Partagez l'article

14 commentaires sur "RASED : un impact négatif sur les élèves (étude)"

  1. Titouboisse  9 février 2017 à 10 h 56 min

    Un impact négatif « surtout auprès des moins faibles »…. normal, les personnels des RASED travaillent surtout avec les plus faibles, rarement, voire jamais avec les moins faibles : les personnels RASED ont pour mission d’aider les élèves qui rencontrent des difficultés durables (donc qui demandent du temps en termes de réponses parce que ces élèves ont besoin de plus de temps pour comprendre et apprendre) et persistantes (ce qui ne concerne pas les élèves les moins faibles).Signaler un abus

    Répondre
  2. Cath  9 février 2017 à 18 h 24 min

    Intéressant et réaliste mais rien n’est dit pour aider au sein de la classe ? Si on aidait les enseignants en réduisant le nombre d’élèves par classe et offrant des formations spécialisées dans le cursus normal et plus d’AVS, cela pourrait peut être une alternative positive ?!Signaler un abus

    Répondre
  3. Jebbor  10 février 2017 à 9 h 19 min

    Cette étude est à vomir!
    Évidemment que les élèves qui redoublent ont été suivis par RASED puisque ce sont les plus en difficulté! En présentant les choses à l envers, on peut vraiment faire dire n importe quoi à une « etude », dont, soi dit en passant, on ne connaît ni le commanditaire, ni l organisme qui l a réalisée!

    Et dire que les élèves ratent des apprentissages pendant l aide RASED serait presque risible si ce n était si grave: ceux qui sont suivis par le maître G (rééducateur) NE SONT PAS DANS LES APPRENTISSAGES! Et ceux qui sont suivis par le maitre E (maître d adptation) ont besoin de comprendre comment on apprend pour pouvoir accéder aux apprentissages!!!

    Il y a même là dedans de quoi non seulement MAINTENIR les RASED mais en plus les RENFORCER: les élèves passés par le rased compensent en français!!! (En math aussi d ailleurs mais on est freiné par d autres limites en math qu en français.) Ce qui justifie grandement l efficacité du travail: on démarre avec un enfant qui n apprend pas (aide G) et on arrive à un élève qui « a compensé » (grâce à l aide E)!

    Combien les auteurs de cette étude ont ils encore été payés pour ce tissu de mensonges???Signaler un abus

    Répondre
  4. manuel  10 février 2017 à 10 h 34 min

    Le lien de corrélation entre le taux de redoublement et le passage en Rased, même avéré, ne prouverait en rien une relation de causalité. Sinon, il serait logique de dire que puisque les enfants qui ont une angine ont presque tous de la fièvre, c’est la fièvre qui cause l’angine…
    Corrélation n’est pas lien causal!!! Le BABA de la recherche scientifique…
    Etude baclée pour faire sensation?Signaler un abus

    Répondre
  5. Caty  10 février 2017 à 21 h 45 min

    Entièrement d accord avec titouboisse.
    Cette étude est faite par des personnes qui ne connaissent rien, ni à la classe ni au travail des rased.
    C est une honte de vouloir tirer des conclusions hâtives et inappropriées sur les rased.
    Quel objectif suivent ils? Faire des économies ou priver les enfants d une aide précieuse?
    Dans les deux cas, cet article ne construit rien de positif… Signaler un abus

    Répondre

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire – VousNousIls.fr 1 bis rue Jean Wiener – Champs-sur-Marne 77447 Marne-la-Vallée Cedex 2.