Le Premier ministre Manuel Valls a soutenu jeudi Najat Vallaud-Belkacem, au centre d’une polémique avec le pape François sur la « théorie du genre », en dénonçant l' »outrance » des attaques de Nicolas Sarkozy contre la ministre de l’Éducation et la « drôle de vision de la laïcité » de l’ex-chef de l’État.

« La ministre de l’Éducation a eu raison de réagir comme elle l’a fait, et Nicolas Sarkozy a bien tort de l’attaquer avec cette outrance » qui « dessert le débat politique, le débat démocratique », a déclaré M. Valls, en marge de la remise des diplômes de la 190e promotion des élèves de l’École nationale d’administration pénitentiaire (ENAP), à Agen.

Lors d’un meeting, mercredi à Montauban, M. Sarkozy avait vivement critiqué Mme Vallaud-Belkacem en se rangeant du côté du pape François. Ce dernier avait créé la polémique dimanche en déplorant la présence de la « théorie du genre » dans les manuels scolaires en France. Fustigeant la réponse de la ministre de l’Éducation au pape, M. Sarkozy a lancé mercredi soir: « Mme Najat Vallaud-Belkacem aurait mieux fait de se taire, elle nous fait honte. »

L’ancien chef de l’État « démontre une drôle de vision de la laïcité », et « je vois que Nicolas Sarkozy, et d’ailleurs (son ex-Premier ministre) François Fillon, dérapent dangereusement sur ce terrain-là », a rétorqué M. Valls jeudi.

« S’ils (MM. Sarkozy et Fillon) pensent qu’on enseigne la théorie du genre, ça veut dire qu’ils sont sur les théories complotistes qu’on trouve dans l’islamisme radical ou chez les ultra-catholiques », a ajouté le chef du gouvernement.

« C’est désolant, a conclu M. Valls, tout ça pour gagner quelques voix à l’occasion d’une primaire », allusion aux candidatures de MM. Sarkozy et Fillon à la primaire de la droite pour la présidentielle de 2017.