François Fillon - Capture d'écran Youtube

François Fillon – Capture d’écran Youtube

François Fillon a fait sa rentrée politique le dimanche 28 août. Dans un discours prononcé à Sablé-sur-Sarthe, le candidat à la primaire des Républicains a abordé le thème de l’éducation, en s’en prenant aux programmes d’histoire.

« Réécrire les programmes d’histoire avec l’idée de les concevoir comme un récit national »

A ce sujet, l’ancien Premier ministre a déclaré : « Pourquoi les enfants chinois apprennent-ils par cœur la liste des dynasties qui ont régné sur leur pays durant trois mille ans et expriment-ils leur fierté d’appartenir à une grande civilisation, quand les jeunes Français ignorent des pans de leur Histoire ou, pire encore, apprennent à en avoir honte ? ».

François Fillon souhaite alors « réécrire les programmes d’histoire avec l’idée de les concevoir comme un récit national ». Il  définit ce récit national comme « une histoire faite d’hommes et de femmes, de symboles, de lieux, de monuments, d’événements qui trouvent un sens et une signification dans l’édification progressive de la civilisation singulière de la France ». Pour réécrire ces programmes, il indique qu’il s’entourera de « trois académiciens ».

Renforcer l’autorité dès l’école primaire

Le candidat à la primaire des Républicains ajoute qu’il souhaite également « traquer toutes les démissions de la société française et d’abord celle de l’école », en renforçant « l’apprentissage du respect et de l’autorité à l’école primaire ». Il est notamment favorable au port de l’uniforme ainsi qu’à un commencement de la scolarité obligatoire dès l’âge de 5 ans, « pour donner une année de plus à l’apprentissage de la lecture ».