« L’apprentissage de l’allemand est fortement ébranlé par la réforme du collège »

La réforme du collège inquiète de nombreux enseignants d’allemand. Pour Thérèse Clerc, présidente de l’ADEAF, elle "ébranlerait fortement" cette discipline.

Thérèse Clerc

Thérèse Clerc

Vous êtes présidente de l’Association pour le Développement de l’Enseignement de l’Allemand en France. Comment se porte cette discipline aujourd’hui ?

Elle est fortement ébranlée par la réforme du collège. Une enquête, réalisée auprès d’enseignants d’allemand de collège, montre que cette réforme fait reculer notre discipline. Le nombre d’heures attribuées à l’allemand dans les dotations horaires des collèges à la rentrée 2016 est en forte baisse. Comme la plupart  des élèves apprennent l’allemand en classe bi-langue,  en réduisant  le nombre de ces classes et les horaires de celles qui subsistent,  les heures dédiées à l’allemand diminuent mécaniquement. D’autant que toutes les sections européennes de collège sont supprimées.

Cela a des conséquences sur l’apprentissage de l’allemand et le niveau, revu à la baisse, que vont désormais pouvoir atteindre les élèves en fin de collège. La réforme entre en vigueur de façon très inégale selon les académies. Tandis que les classes bi-langues seront massivement supprimées dans les académies de Caen, Rouen, Rennes, Poitiers, Lyon, Lille, et Reims, la quasi-totalité est maintenue à Paris.

Pour les profs d’allemand, quelles peuvent être leurs inquiétudes pour la rentrée 2016 ?

La situation des nombreux enseignants d’allemand, touchés, comme il apparaît dans notre enquête, par des réductions horaires parfois extrêmement importantes,  est très préoccupante. Des postes sont supprimées en allemand, notamment dans les académies de Rouen, Lille, Grenoble, Lyon et Amiens. De nombreux vacataires et contractuels ne seront pas réembauchés. Les enseignants d’allemand vont être beaucoup plus nombreux à enseigner dans plusieurs établissements, ce qui alourdira leurs conditions de travail et rendra plus difficile l’organisation d’échanges scolaires. Ils n’auront plus les moyens d’amener les élèves au même niveau d’apprentissage, puisque les heures d’allemand vont diminuer. Ils ont aussi des inquiétudes  sur le recrutement des élèves. Sans les bi-langues,  combien seront-ils à choisir l’allemand, relégué en LV2 ?

Nous avons beaucoup de témoignages de professeurs indignés, exprimant leur incompréhension et leur amertume.  Ils trouvent injuste que soit supprimé un parcours de qualité permettant aux élèves, d’atteindre, y compris dans les collèges de l’éducation prioritaire, un bon niveau dans deux langues vivantes. La communication ministérielle met en avant les « efforts exceptionnels » pour l’allemand alors que la réalité sur le terrain montre le contraire. Ce déni des conséquences de la réforme est  perçu par les enseignants comme un manque de considération à leur égard.

Quelles sont les spécificités du professeur d’allemand ?

allemand

© Maren Winter – Fotolia

L’enseignant d’allemand est très souvent militant pour sa matière, car les clichés sur l’Allemagne et la langue allemande sont tenaces. De très nombreux professeurs d’allemand interviennent dans le primaire pour faire connaître les pays germanophones et donner envie aux enfants d’apprendre l’allemand.

Ils sont également très nombreux à organiser des échanges scolaires individuels et collectifs, permettant ainsi à beaucoup d’élèves d’avoir une première expérience de mobilité en Europe. L’enseignant d’allemand est particulièrement engagé et attaché à l’amitié franco-allemande !

Pourquoi les élèves doivent-ils apprendre l’allemand aujourd’hui ?

L’allemand est un atout important pour l’avenir des jeunes. C’est la langue qui a le plus grand nombre de locuteurs natifs en Europe. La France et l’Allemagne ont des liens étroits dans de très nombreux domaines, culturels, scientifiques, économiques et politiques.

Grâce à l’allemand et au réseau franco-allemand,  les jeunes ont de nombreuses  possibilités de stages, de poursuite d’études et  des perspectives d’emploi. Une étude sur les offres d’emploi  montre d’ailleurs que l’allemand est la deuxième langue la plus demandée après l’anglais. Les entreprises ont des difficultés à trouver des personnes qui parlent allemand.

Et qu’en est-il de l’allemand dans l’enseignement supérieur ?

Les cursus de langues et cultures germaniques sont moins attractifs que les cursus de langues étrangères appliquées (LEA). Il y a une crise du recrutement des enseignants d’allemand. Depuis trois ans, le nombre d’admissibles au concours est inférieur au nombre de postes à pourvoir. Cette année encore, un tiers des postes ne seront pas pourvus. A terme, avec l’entrée en vigueur de la réforme du collège,  le vivier de bons germanistes va encore s’amoindrir.

Carte postale de l'ADEAF / Dessin de Plantu

Carte postale de l’ADEAF / Dessin de Plantu

Actuellement, quelles sont les revendications de l’ADEAF ?

Nous demandons des mesures qui, au lieu de faire reculer structurellement l’apprentissage de l’allemand, favorisent son développement ! Cela passe par des sections européennes et la généralisation des classes bi-langues, ouvertes à tous les élèves qui le souhaitent, à parité horaire pour les deux langues (anglais et allemand) tout au long des années collège.

Nous demandons une véritable politique des langues, ambitieuse, permettant aux élèves d’avoir un bon niveau de compétence dans deux langues vivantes. A partir de la rentrée, la LV2 va être enseignée à raison de 2 heures et demi par semaine, c’est un temps insuffisant pour construire de véritables compétences. Nous demandons  au moins trois heures hebdomadaires. C’est un minimum pour apprendre une langue ! Notre pétition, qui a recueilli plus de 48000 signatures reste d’actualité.

Partagez l'article

7 commentaires sur "« L’apprentissage de l’allemand est fortement ébranlé par la réforme du collège »"

  1. Robert  16 octobre 2016 à 10 h 26 min

    La rentrée est faite, les professeurs d’allemand sont dans une situation catastrophique. Ils sont devenus des sous-profs qui dérangent. La plupart des chefs d’établissement jouent les bons petits soldats pour les enfoncer encore plus. Et pourtant certains essaient de résister mais ils sont seuls. Je m’interroge sur le fait que lorsque l’on tape « situation des professeurs d’allemand » sur les moteurs de rechrerche il n’y ait aucun article, commentaire récent…est ce de la censure?On est en droit de se poser la question lorsque l’on vit cette situation au quotidien.Signaler un abus

    Répondre
  2. Lorenz  1 avril 2017 à 14 h 21 min

    Enseignant en allemand depuis 1994 (23 ans tout de même), je suis passé par la case TZR sur 3 puis 2 établissements grâce à la mise en place des sections bilangues et ne pensais pas vivre cette régression que représente cette réforme coup de couteau dans le dos.
    Les effets dévastateurs n’ont pas encore rejailli sur les lycées mais les conséquences vont vite se faire sentir, outre les problèmes de recrutement des professeurs d’allemand, c’est tout simplement le recrutement d’élèves en classe de cinquième qui va poser un immense problème. Les candidats aux programmes d’échange Brigitte-Sauzay et Voltaire se feront de plus en plus rares et le niveau pour passer le diplôme de certification sera insuffisant en fin de 3°. On va droit dans le mur, oui je pense que le bateau ne va pas mettre longtemps à couler.Signaler un abus

    Répondre

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.