Un bâtiment de l’École des Beaux-Arts à Paris occupé depuis jeudi soir par des étudiants et des partisans du mouvement Nuit Debout opposés à la loi travail, a été évacué samedi matin, a-t-on appris de source policière.

« Nous avons agi sur réquisition. Une trentaine de personnes ont été sorties du bâtiment, tout s’est passé dans le calme », a précisé cette source. Il n’y a pas eu d’interpellation.

Dortoir, cantine, les quelques dizaines d’occupants s’étaient approprié un vaste bâtiment de l’école située à seulement quelques centaines de mètres de l’Assemblée nationale. Leur but était de « pérenniser l’occupation », selon un porte-parole du mouvement Nuit Debout interrogé vendredi par l’AFP.

« C’est un lieu de contestation contre la loi travail, contre le 49-3 et contre les violences policières », a expliqué Quentin de la « commission presse » de Nuit Debout. L’École des Beaux-Arts, « c’est hautement symbolique parce que c’est un lieu qui a été occupé pendant mai 68. On va se servir du matériel des Beaux-Arts pour faire des affiches », comme ce fut le cas à l’époque, a-t-il ajouté.

Depuis le 31 mars, les militants du mouvement citoyen Nuit Debout à Paris se rassemblent chaque soir sur la place de la République, où sont organisées des assemblées générales.

Contactée par l’AFP, la direction de l’école n’était pas disponible immédiatement.