La Société des agrégés a demandé jeudi au ministère de l’Education de reporter les épreuves du prestigieux concours de l’agrégation prévues le 9 mars, jour de grève à la SNCF et la RATP.

« En 2008 et en 2015, des candidats avaient déjà été empêchés de se présenter dans les temps dans leur centre d’examen du fait des transports. Or les textes sont extrêmement clairs: se présenter au concours après l’ouverture des enveloppes contenant les sujets entraîne l’élimination du candidat. Aucun recours n’est possible », s’inquiète la Société des agrégés dans un communiqué.

Selon la rue de Grenelle, 3.150 candidats à l’agrégation ont des épreuves prévues le 9 mars.

En cas de maintien des épreuves, la Société des agrégés recommande aux candidats « une extrême prudence »: « prévoir un temps de transport plus long, choisir le mode de déplacement le plus sûr, se loger le plus près possible des centres d’examen ». Elle se dit « à leur disposition » pour « les aider ».

Mercredi, le Snes-FSU, premier syndicat d’enseignants du secondaire, avait indiqué avoir « pris contact avec le ministère pour demander à ce que les chefs de centre fassent preuve de discernement et de tolérance vis-à-vis des candidats qui arriveraient en retard à cause des difficultés de circulation ».

L’agrégation est « un concours, pas un examen », les règles doivent être les mêmes pour tous les candidats, avait souligné le ministère.

Outre les grèves dans les transports, une journée d’actions est prévue le 9 mars à l’appel d’associations de jeunesse contre la loi travail. Les membres de l’intersyndicale hostile à la réforme du collège, dont les syndicats d’enseignants Snes, CGT et FO, ont appelé à manifester avec les jeunes.