APDEN : « Le prof doc est réduit aux EPI, sans horaires affectés à son enseignement »

A l’occasion du changement de nom de la FABDEN, petit tour d’horizon sur le rôle du professeur documentaliste et son enseignement. Entretien avec Florian Reynaud, président de l’APDEN.

Florian Reynaud

Florian Reynaud

La FABDEN est récemment devenue l’A.P.D.E.N. Pourquoi ce changement de nom ? 

La FADBEN a été créée en 1972, en tant que Fédération des associations des bibliothécaires documentalistes de l’Education nationale. En 1986 et en 1989, avec une nouvelle circulaire de mission et la création du CAPES de Documentation, l’accent a été mis sur le rôle pédagogique. La FADBEN avait jusqu’alors gardé son acronyme, avec toutefois, en 1994, une nouvelle déclinaison, en ‘Fédération des enseignants documentalistes de l’Éducation nationale’.

En 2016, nous avons souhaité clarifier l’identité de l’association, dans un souci de mise en cohérence avec l’actuelle réalité du métier, en optant pour la dénomination ‘Association des professeurs documentalistes de l’Éducation nationale’, ou A.P.D.E.N, plus compréhensible par tous, et notamment par les collègues entrant dans le métier.

Les contenus d’enseignement sur l’information-documentation et l’éducation aux médias et à l’information ont été publiés dans le Bulletin officiel du 26 novembre 2015. Qu’en pensez-vous ?

Pour les programmes d’EMI du cycle 4, nous notions deux points positifs : d’abord, une structure introductive basée sur les douze propositions du Groupe de Recherche sur la Culture et la Didactique de l’information. Nous souhaitions que la structure proposée ne soit pas qu’une introduction, mais soutienne logiquement les programmes détaillés, et que les notions soient définies dans le cadre d’une progression.
Ni l’une ni l’autre de ces propositions n’a finalement été retenue. Plus problématique, la liste des notions a disparu de la publication finale, laissant place à un simple référentiel de compétences, sans progression.

Nous déplorons aussi que les contenus d’enseignement ainsi définis ne répondent pas aux besoins des élèves en information-documentation, sans considération pour les pratiques pédagogiques développées depuis longtemps par les professeurs documentalistes.

Dans un récent rapport, vous écrivez que « l’éducation aux médias et à l’information (EMI) est envisagée comme un enseignement dilué dans les autres enseignements, au même titre que l’Histoire des arts ». Pourquoi ce constat ?

Avec l’Histoire des Arts, l’EMI est le seul enseignement qui ne dispose d’aucun moyen horaire défini, et ne renvoie à aucune discipline identifiée. Pour l’EMI, du fait de son origine, de ses contenus et des compétences professionnelles, ce devrait être logiquement l’information-documentation. Nous regrettons que les programmes de 2015 aillent à son encontre en minorant le rôle des professeurs documentalistes, le définissant comme un intervenant parmi d’autres, sans moyens horaires affectés à cet enseignement.

Dans cette situation, l’acquisition par les élèves des savoirs info-documentaires n’est en aucun cas garantie. Elle dépend en effet du bon vouloir des collègues des autres disciplines pour mettre en place des séances en collaboration sur leurs heures de classe. Mais aussi de celui du chef d’établissement, qui ne connaît pas toujours la mission pédagogique du professeur documentaliste et s’en tient bien souvent aux missions d’accueil et de gestion.

Vous écrivez, dans ce même rapport, que « le rôle du professeur documentaliste est réduit aux EPI, sous une forme collaborative exclusivement ». Quelles sont donc vos revendications ?

Il nous sera difficile d’intervenir dans tous les EPI, ce qui est très problématique au regard du principe d’égalité des chances.
Ce que nous souhaitons, c’est l’assurance que ces apprentissages soient enseignés aux élèves et que nous bénéficions de moyens concrets pour les dispenser. En sixième, nous sommes explicitement cités dans les programmes, mais nous n’avons aucun moyen horaire. Nous demandons donc des possibilités d’intervention afin qu’un élève de sixième soit par exemple assuré de suivre des apprentissages info-documentaires avec le professeur documentaliste, en collaboration ou non avec un autre enseignant. De même, de la cinquième à la troisième, plutôt qu’une inscription hasardeuse dans les EPI, nous souhaitons que les élèves puissent également être assurés de recevoir des apprentissages info-documentaires adaptés et nécessaires.

Le problème tient bien dans le fait que les textes oublient toujours que les professeurs documentalistes, titulaires d’un CAPES en Documentation, sont spécifiquement formés et recrutés pour développer ces apprentissages auprès des élèves.

Que pensez-vous de la formation des professeurs documentalistes ?

Bibliothèque

Bibliothèque © Chekunov Alexandr – Fotolia.com

Il y a sur ce sujet deux volets très différents : la formation initiale et la formation continue. Pour ce qui concerne la formation initiale, les ESPE développent des contenus pour le CAPES, en particulier le CAPES externe, qui respectent une exigence relative à des compétences pédagogiques.
On peut aussi parler de formation initiale pour les collègues en délégation fonctionnelle qui se destinent au métier de professeur documentaliste. Le tableau est ici plus mitigé, avec des formations qui ne sont pas du ressort des ESPE, et qui insistent bien souvent sur les questions de gestion, sans apports suffisants au sujet des contenus d’enseignement.

Enfin, malgré quelques efforts récents au sujet des contenus, la formation continue reste bien insatisfaisante : l’offre est depuis longtemps insuffisante dans de nombreuses académies. Ainsi, les réunions de bassin entre professeurs documentalistes sont menacées dans de nombreuses académies, quand elles n’ont pas déjà été purement et simplement supprimées.

12 commentaires sur "APDEN : « Le prof doc est réduit aux EPI, sans horaires affectés à son enseignement »"

  1. Florian Reynaud  27 février 2016 à 12 h 57 min

    Merci pour cette remarque.
    Ce décompte d’une heure d’enseignement pour deux heures de service est lié à l’inscription des professeurs documentalistes dans le même décret que les autres enseignants. C’est davantage une logique statutaire qu’une revendication syndicale, l’une n’allant pas forcément sans l’autre.
    Il ne s’agit en rien de minorer le rôle des professeurs documentalistes, mais de considérer et de respecter leur travail pédagogique dans un esprit d’égalité de traitement. Pourtant, si cette mesure est un progrès, elle reste insuffisante. Le souhait, formulé par l’inspection générale dans les années 1980, d’un recrutement de professeurs documentalistes en proportion du nombre d’élèves, n’a toujours pas été acté.
    Si la garantie d’apprentissages info-documentaires dispensés à tous les élèves, que vous respectez, devait amener à une réduction de service de dix heures, consacrées à la préparation et à l’évaluation de ces apprentissages, et donc à l’éventuelle contrainte d’un CDI fermé aux élèves de la permanence, plusieurs solutions, à concevoir avec le professeur documentaliste, existent :
    – Demander au rectorat un deuxième poste de professeur documentaliste ;
    – Demander au rectorat le recrutement d’un aide documentaliste (généralement en CUI) ;
    – Proposer l’ouverture du CDI par un AED ou un AP, choisi et formé par le professeur documentaliste.
    Ceci étant, à l’heure actuelle, les enquêtes montrent que nous sommes plutôt sur une moyenne de six heures hebdomadaires d’enseignement, soit, dans le cadre de l’application du décret basées sur une quotité de service de trente heures pour les professeurs documentalistes, vingt quatre heures d’ouverture hebdomadaire, dont six heures d’enseignement. A supposer qu’un recrutement ne soit pas envisageable, l’application du décret ne semble pas devoir impliquer de dysfonctionnements quand le nombre d’élèves est raisonnable en proportion du nombre de postes (un professeur documentaliste pour 400 élèves étant une revendication de l’A.P.D.E.N).Signaler un abus

    Répondre
  2. profdoc  29 février 2016 à 21 h 09 min

    Tous doivent enseigner des notions ! C’est dans notre circulaire de mission ! Et on nous demande à chaque début d’année un projet documentaire, en fin d’année un bilan !
    Il y a beaucoup de choses à enseigner aux élèves en recherche documentaire, c’est vraiment dommage aussi de ne pas leur donner les outils qui leur seront utiles pour leurs recherches tout au long de la vie. Quand je travaille avec les collègues, nous mettons en priorité la discipline et nous ajoutons quelques notions de recherche, quand je travaille seule, je peux insister sur une notion, tout en mettant un lien avec une discipline (en accord avec le collègue concerné).Signaler un abus

    Répondre
  3. Prof doc choquée  29 février 2016 à 21 h 34 min

    Je suis très choquée par certains commentaires.
    Oui nous sommes professeurs, nous avons fait des études et obtenu un CAPES exigeant et non au rabais. Pour rappel il a été créé en 1989, il va peut-être falloir se mettre à jour.
    Quand cesserez-vous de nous voir comme des surveillants de perm de luxe ?
    Nous sommes les spécialistes de l’information empêchés d’enseigner. Cherchez l’erreur.

    Le CDI est un centre d’information et de documentation, pas l’annexe de la vie scolaire.
    Il ne suffit pas de mettre un jeune face à des documents, papiers ou numériques, pour qu’ils sachent quoi en faire, s’approprie l’info, recoupe les sources, etc.
    L’EMI par les autres profs ? il faut voir. Tous ne se sentent pas concernés et surtout tous ne sont pas formés, désolée de le dire. J’en ai encore eu la preuve très récemment.

    Je suis écœurée.Signaler un abus

    Répondre
  4. prof doc  2 mars 2016 à 8 h 48 min

    D’ailleurs, pour en revenir au titre de l’article « le prof-doc réduit aux EPI », on ne me donne même pas le droit de faire un EPI « information-communication », alors que c’est mon domaine. Pour bâtir un EPI, il faut deux profs « disciplinaire ». Ma discipline existe, c’est « Documentation » !!!Signaler un abus

    Répondre

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.