Sélectionner une page

Loiret: l’Education nationale conteste une volonté de « fichage » des parents et enseignants

La direction des services de l’Éducation nationale du Loiret a contesté mercredi toute volonté de « fichage » des parents d’élèves et des enseignants, après la publication d’une note portant sur le « signalement des faits de violence et évènements graves en milieu scolaire », dénoncée par le syndicat Sud-Éducation. Selon le syndicat, cette note demandait notamment, dans « la […]

Loiret: l’Education nationale conteste une volonté de « fichage » des parents et enseignants

La direction des services de l’Éducation nationale du Loiret a contesté mercredi toute volonté de « fichage » des parents d’élèves et des enseignants, après la publication d’une note portant sur le « signalement des faits de violence et évènements graves en milieu scolaire », dénoncée par le syndicat Sud-Éducation.

Selon le syndicat, cette note demandait notamment, dans « la section +atteintes aux valeurs de la République/phénomène de radicalisation+ de signaler +le port de signes ou de tenues manifestant ostensiblement une appartenance religieuse+… par les parents! ».

Denis Toupry, directeur des services départementaux de l’éducation nationale (DSDEN), a assuré à l’AFP que « ce formulaire n’est pas nominatif » et qu’il « est abusif de parler de fichage ».

« Les directeurs d’école et les chefs d’établissement cochent le type de problèmes que rencontre l’établissement », a-t-il expliqué.

« Les propos contre la laïcité, concernent les élèves et les parents qui peuvent en tenir. Par contre, en ce qui concerne les tenues, ça ne s’applique qu’aux élèves en vertu de la loi du 11 mars 2004 », a-t-il précisé.

« Je reconnais que notre présentation est sujette à interprétation. Nous allons donc la modifier. Nous allons faire deux lignes différentes. Une ligne élèves, et une ligne parents », a déclaré M. Toupry.

Concernant le signalement des « grèves, blocages, manifestations, rassemblements » également dénoncé par Sud, le DSDEN a rétorqué qu’il « ne s’agit pas de déclarer les grèves » mais de la possibilité d’être « alertés dès qu’il y a une perturbation dans un établissement qui met en cause la sécurité des élèves et ou des personnels ».

« L’intention est de faire de la prévention, pas de désigner les vilains petits canards qui auraient débrayé. C’est pour comprendre ce qui se passe, être informés du climat d’un établissement », a ajouté M. Toupry.

« On va le reformuler autrement sur la fiche », a-t-il toutefois promis.

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire – VousNousIls.fr 1 bis rue Jean Wiener – Champs-sur-Marne 77447 Marne-la-Vallée Cedex 2.

E-books gratuits

160 e-books à télécharger gratuitment

Newsletter

Dernier Reportage

Chargement...