Pour amplifier la lutte contre le harcèlement scolaire, Najat Vallaud-Belkacem a annoncé jeudi un numéro vert raccourci et une journée dédiée le 5 novembre, avec la diffusion d’un clip de prévention destiné aux enfants.

Deux numéros verts avaient déjà été lancés en 2013, mais le ministère a souhaité passer à un numéro à quatre chiffres, plus facile à mémoriser. Le 3020 est joignable de 9H00 à 18H00 du lundi au vendredi.

Le harcèlement scolaire modéré ou sévère, qui affecte 700.000 élèves chaque année, n’est pas un phénomène récent, mais les pouvoirs publics ne se sont emparés de cette question que depuis trois ans, dans le sillage des travaux de recherche du professeur Eric Debarbieux. Cette lutte, initiée par l’ancien ministre Luc Chatel, a été poursuivie par ses successeurs au-delà des clivages politiques.

« Certains dans notre société continuent de penser que le harcèlement n’est finalement qu’un jeu d’enfants, un passage obligé », a regretté la ministre lors d’une conférence de presse. « Quand nous connaissons les drames que le harcèlement peut provoquer (…) il n’est plus possible de tenir ce discours de banalisation ».

« Il me semblait indispensable d’amplifier notre action », d’où une journée pour dire « non au harcèlement » le 5 novembre, a-t-elle expliqué.

A cette occasion, un clip vidéo destiné aux enfants de 7-11 ans co-produit par la journaliste Mélissa Theuriau sera diffusé sur les chaînes de France Télévisions et Walt Disney: un écolier roux est la cible des boulettes et insultes de ses camarades dès que la maîtresse a le dos tourné. Dans le couloir, une camarade lui dit que ça doit s’arrêter, qu’il faut en parler.

Il faut « faire sortir les victimes du silence, car tant qu’on n’en parle pas, le harcèlement ça dure », mais aussi il faut aussi interpeller les témoins, a fait valoir la ministre.

Des émissions de France 2 et France 5 seront consacrées le 5 novembre au harcèlement. Le clip sera également diffusé au cinéma avant le film de Noël de Disney, « Le voyage d’Arlo ».

Le ministère a également conçu un protocole de prise en charge des situations de harcèlement dans les écoles, mis à disposition des enseignants des outils pédagogiques et élaboré des fiches conseils à destination des victimes, témoins et parents de victimes/témoins/auteurs de harcèlement.

D’autres mesures concernant le cyberharcèlement seront annoncées en février.