cigarette

© hikdaigaku86 – Fotolia

Avoir un faible niveau d’étude pourrait être aussi dangereux pour la santé que de fumer. Selon une étude menée par des chercheurs de l’Université du Colorado et publiée début juillet dans la revue scientifique Plos One, les décès liés au manque d’éducation en 2010 aux Etats-Unis étaient aussi nombreux que ceux dus au tabagisme la même année.

Pour en arriver à cette conclusion, les scientifiques ont croisé les taux de mortalité en 2010 de cohortes de personnes nées en 1925, 1935 et 1945, en les comparant avec le niveau d’étude. Ils ont mis en évidence d’importants écarts entre la mortalité des personnes ayant le niveau lycée et celle des personnes détentrices d’un diplôme universitaire, cette dernière étant beaucoup moins importante.

Selon les chercheurs, en 2010, 145 000 décès auraient ainsi pu être évités si les personnes concernées avaient eu un niveau d’étude plus élevé. Difficulté d’accès aux soins, travail épuisant et répétitif, mauvaises conditions de logements sont en effet autant de facteurs qui diminuent l’espérance de vie et que les scientifiques imputent à un niveau d’étude moins élevé.

Toutefois, « il revient désormais aux chercheurs de démontrer un lien de cause à effet », nuance Patrick Krueger, principal auteur de l’étude. Mais la conclusion de l’étude souligne que « la recherche actuelle suggère qu’une part importante de la relation entre le niveau d’étude et la mortalité est causale. Les politiques d’amélioration du système éducatif pourraient donc diminuer significativement la mortalité adulte« . Voilà qui dissuadera peut-être les élèves de trop sécher les cours.